Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil
Actufinance
Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil
Contacter l'équipe d'Actufinance.fr, le site de toute l'actualité financière
Des nouvelles d'Aristophil
Des nouvelles d'Aristophil
Des nouvelles d'Aristophil
Forum de la finance
Des nouvelles d'Aristophil
 

Bienvenue sur le forum de la Finance


Votre source d'information en bourse, fiscalité, crédit, banque, placements,...


  •  » vous avez un problème financier et cherchez un conseil ?
  •  » vous avez des questions et souhaitez des réponses rapides ?
  •  » vous recherchez des témoignages ?
  •  » vous souhaitez partager vos connaissances ?

... vous êtes au bon endroit ! Nous essaierons de répondre à vos questions.


Si vous êtes membre, vous pouvez vous connecter, sinon inscrivez-vous, c'est gratuit.


OUI ! Je veux m'inscrire maintenant gratuitement !


Des nouvelles d'Aristophil

Page 225 sur 227 PremièrePremière ... 125175215223224225226227 DernièreDernière
Affichage des résultats 2 241 à 2 250 sur 2269
 
  1. #2241
    Pas si simple. cela reste un actif commercial, puisqu'il a été vendu à des investisseurs initialement et éventuellement racheté à ces investisseurs. S'il est considéré comme un actif commercial, sa valeur doit être actualisée annuellement, pour refléter sa valeur commerciale. S'il est passé en actif durable, on devrait voir, comptablement, le basculement de cette valeur d'une classe à une autre.

    •   Alt 12/05/2017 15h41

      Pub
      Informations utiles

        
       

  2. #2242
    Citation Envoyé par xa Voir le message
    En Amadeus, non. En Coralys ... N'oubliez pas les indivisions.

    Si le document appartient à Aristophil uniquement (donc à l'exclusion d'une mise en indivision), on devrait le retrouver comptablement sur les bilans, au moins en raison de l'augmentation de valeur du-dit document, qui doit se constater comptablement parlant.
    Il n est pas répertorié dans les Coralys

  3. #2243
    Une audience au tribunal avec les banques/LV devait avoir lieu hier. Des news ?!

  4. #2244
    Citation Envoyé par ATACAMA Voir le message
    J'ai sous les yeux une collection "Coraly's" de 25.000 euros (indivision Romain Gary).
    Un joli document "non contractuel" dit qu'au terme d'un acte notariè, au siège de la société, il a été constitué une indivision dénommée "Romain Gary" le 1° Juin 2010.
    Montant de l'indivision : 7.000.000 euros
    Montant de la part : 25.000 euros
    Nombre d'indivisaires : 100
    Nombre de parts : 280
    En fin de document on peut lire : Contrat de garde, de conservation et d'exposition établi sur le droit de préemption article VI- et la promesse de vente de chaque part-Article VII-au prix nominal augmenté de 8.75 % par année de conservation.
    Frais : NEANT
    De plus, la fiche de déontologie est "édifiante":
    la case (moins de 10%) est cochée pour le poids d'aristophil par rapport au patrimoine global.
    Origine des fonds : rachat d'un contrat. (il s'agissait d'un contrat d'assurance vie à sa banque- contrat en euros...)
    Motivation de l'opération : Epargne
    Fiche de préconisation : la seule rubrique "Pour une durée d'investissement de" 5 ans est renseignée...

    Tous les ingrédients d'un abus de faiblesse sont réunis :
    Femme seule-retraitée-pas concernée par l'ISF- patrimoine très modeste- documents non remplis dans les parties sensibles (telle que l'acceptation du niveau de risque)-
    De plus, cette personne a eu connaissance du problème à la lecture d'un article paru dans la presse locale et depuis, malgré de multiples tentatives, les conseillers sont aux abonnés absents; d'ailleurs ils le sont depuis la souscription sauf une fois pour demander à cette personne qu'elle donne des noms d'amis .....pour nourrir la chaîne....
    Les vraies conséquences de cette magnifique organisation "machiavélique" sont à venir :
    Après la liquidation, QUI va récupérer QUOI ?
    Comment seront valorisées les collections en indivision ?
    Combien de fois et à combien de clients ont-elles été vendues ?
    Quelle valeur juridique revêtent les "jolis" documents "Certificat d'indivision" détenus par les clients ? Ainsi que les conventions d'indivision ARISTOPHIL rédigés sous la plume de la SCP Gautry et Gautry-Busch (notaires associés) ????
    La question fondamentale sur laquelle je suis en train de travailler, c'est la notion de défiscalisation ISF, dont personne ne parle.

    Or, c'est bien parce que l'investissement "Aristophil" permettait l'exonération ISF au titre des oeuvres d'art, que son développement a été permis dès la création de la société. Beaucoup d'intelligence machiavélique, un milieu très fermé, des relais politiques, des médias influents, un marketing très professionnel et des commerciaux motivés par des rémunérations très attractives, enfin tout était réuni pour une belle aventure et à fortiori, "sponsoriséé par le Fisc !!!!
    Ce qui devait se produire se déroule maintenant : la force commerciale des vendeurs (surtout pas des conseillers) n'est plus parvenue à collecter autant de nouvelles souscriptions pour que le système s'auto-alimente. De plus, des informations au caractère inquiétant circulaient depuis quelques temps sur la pérennité du système.
    Dès lors que la qualification serait "escroquerie en bande organisée", il serait opportun de se poser la question sur les avantages acquis au titre de l'exonération ISF des souscripteurs concernés.
    Affaire à suivre auprès du parlement.
    Pour mémoire et pour éviter de vous bercer d'illusions, notamment sur la valorisation des manuscrits (principalement des indivisions).
    J'écrivais ce message en Mars 2015....

  5. #2245
    Bonjour
    Entièrement d'accord avec ATACAMA....KARL. devrait lire cet article..tout est écrit !!!!!!!!

  6. #2246
    Karl a lu cet article.
    Karl attend les premieres ventes 😉

  7. #2247
    Il y a seulement tellement de questions qui se posent et pour lesquelles nous aimerions tous avoir une réponse.
    Celle-ci par exemple :

    Pourquoi la DGCCRF est-elle intervenue le 15 octobre 2013 chez ARISTOPHIL pour les motifs ci-dessous et qu'elle a laissé l'activité se poursuivre durant plus d'1 an ?

    Extraits du procès verbal de 2013 :

    "RESPONSABLES PRESUMES :
    Personne Physique : Gérard LHERITIER, président de la SAS ARISTOPHIL, né le 21 juin 1948
    Personne morale : SAS ARISTOPHIL dont le siège est situé 21, rue de l’Université, 75007 PARIS, enregistrée au RCS de Paris sous le n° 445 214 340
    INFRACTION
    A l’article L. 121-1 du code de la consommation : pratique commerciale trompeuse reposant sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur portant sur les qualités substantielles du bien ou du service, NATINF : 193-23524
    A l’article L. 441-3 du code de commerce : Factures non conformes (dénominations imprécises, absence d’escompte et du taux des pénalités de retard), NATINF : 2887 et 21924."

    "L’ENQUETE :
    1) LES CONSTATIONS :
    Le 15 octobre 2013 à 9 heures 30, nous sommes présentés dans les locaux de la SAS ARISTOPHIL situés au 222 boulevard Saint Germain 75007 paris où nous avons été reçus par Madame Chaulet directrice générale de la SAS ARISTOPHIL à qui nous avons justifié de notre qualité et indiqué l’objet de notre enquête.
    Nous avons entendus Madame............, directrice générale de la SAS ARISTOPHIL, et Monsieur ..........., directeur financier de la SAS ARISTOPHIL."

    "L’ORIGINE ET MOTIVATION DE L’ENQUETE :
    « Le Service National des Enquêtes de la DGCCRF, à la suite d’un signalement de l’Autorité des Marchés Financiers a mené une enquête relative aux pratiques mises en oeuvre par la société ARISTOPHIL, présidée par M. Gérard LHERITIER. Ce signalement portait notamment sur l’information délivrée aux investisseurs sur les risques potentiels associés à ce type de placement. »"

    "ESTIMATION DE L’IMPACT DES PRATIQUES INCRIMINEES
    Les pratiques mises en oeuvre par la société ARISTOPHIL se caractérisent par la délivrance d’un information ambigüe à l’investisseur potentiel, de nature à lui donner une perspective optimiste et confiante des évolutions du marché, tout en omettant de l’informer que la société ARISTOPHIL a donné aux biens qui composent l’indivision une valeur totalement déconnectée de ce marché, puisque cette valeur augmente en moyenne de 147% entre leur achat et leur revente par ARISTOPHIL.
    L’opacité du système ainsi mis en place est permise et entretenue par le fait que la société ARISTOPHIL se donne les moyens, par le biais de la promesse de vente consentie à son profit par l’investisseur, d’éviter que ces biens soient par la suite confrontés à la réalité du marché. Cette pratique explique l’absence actuelle de plaignants, mais ne peut perdurer qu’autant que la société ARISTOPHIL sera en mesure de convaincre d’autres acheteurs, par la délivrance d’une information ambigüe, du bon rendement de ces placements. L’enrayement de cette mécanique aboutirait à léser un nombre d’investisseurs toujours plus important, qui aujourd’hui, pour les 17 collections pour lesquelles nous avons étudié les conditions d’achat et de revente, sont au nombre de 9625."

    à cela s'ajoute un commentaire de l'époque d'ARISTOPHIL qui n'engagent qu'eux :
    "Je trouve ce paragraphe tout à fait exceptionnel. C'est la première fois depuis la création de la société ARISTOPHIL, que je constate le regret de certains fonctionnaires-enquêteurs qui se plaignent de "l'absence actuelle de plaignants". Il devrait s'en réjouir. Non ! Il faut trouver des plaignants !! C'est impossible que les clients d’ARISTOPHIL soient des clients heureux. C'est la première fois de toute ma carrière que j'observe des fonctionnaires capables d'espérer et d'encourager le dépôt de plaintes pour une société performante qui fêtera ses 25 ans en 2015. C'est ce qu'ils appellent "l'opacité du système".
    Nous allons donc écrire à tous nos clients pour leur demander s'ils ne veulent envoyer des plaintes pour faire plaisir aux enquêteurs.....
    Cet encouragement à détruire une société et envoyé l'ensemble de ses cadres et salariés au chômage est conforté par les Commissaires aux Comptes qui se sont rendus à la DGCCRF, sur leur demande, en rendez-vous. Ces derniers, m'ont fait un compte rendu sur leur visite qu'ils ont qualifiée d'hallucinante.
    « Nous avons eu affaire à 5 cow-boys". L'un d'eux a affirmé devant le principal responsable: "n'importe comment, nous allons tout faire pour fermer cette boîte". Les deux commissaires aux comptes sont prêts à témoigner de cet entretien devant la justice.
    Compte rendu en date du 22 mai 2014 en présence de Monsieur Denis POTIER expert-comptable.
    Ma réponse au PV de la DGCCRF sera transmise dans son intégralité à Monsieur François Hollande Président de la République, Monsieur Michel Sapin, ministre des finances, Monsieur Emmanuel Macron, ministre de l'économie et de l'industrie, Madame Christiane Taubira, ministre de la justice et Madame Fleur Pellerin, ministre de la culture. Une copie sera également envoyée au Procureur de la République de Paris et au Président du Tribunal de commerce de Paris"

    Quelle histoire !
    Dixit petit oiseau.....
    Ce constat est aussi intrigant. .....

  8. #2248
    Karl, votre dernier message est crucial et vous posez la bonne question.
    La DGCCRF n'est intervenue qu'en 2013 à Paris mais dès 2005, il y avait déjà des alertes de la part de certains acteurs professionnels (dont je fais partie) auprès de l'AMF et des échanges "musclés" de clients qui venaient de constater que leur investissement (nous sommes en 2005), ressemblait fort à une "chaîne de Ponzi". Les clients en pleine panique pour des sommes conséquentes (350.000 et 500.000 euros) ont fait le nécessaire auprès d'Aristophil pour manifester leur inquiétude légitimes.
    La réponse d'Aristophil aux clients : votre conseil est "un nul". Nous allons l'inviter à faire un autre métier".....
    Depuis, je me suis séparé de ces clients en leur écrivant qu'ils se souviendraient de mon conseil "écrit" lorsque la "chaîne de Ponzi" se romprait.
    C'est ce qui est arrivé fin 2014......
    Un des deux clients a eu l'audace de m'appeler le 13 Avril 2017......pour me rencontrer car il a des soucis avec Aristophil...
    Devinez Karl ce que je lui répondu.....
    Dans quelques jours, je vous donnerai des nouvelles du dossier d'un client modeste (mon précédent message collection Romain Gary), qui est traité juridiquement de façon isolée. La première audience au TGI est imminente.
    Dans cette affaire, il faut rester solidaire et ne plus se poser des questions sur le prix des ventes potentielles.

  9. #2249
    petit oiseau a écrit:
    06/12/2016 00h29
    Il y a des lieux où il est nécessaire de laisser passer du temps pour identifier les motivations des uns ou des autres au travers de leurs proses aussi intéressantes, que troublantes, instructives ou voire franchement mensongères. C'est le cas des forums qui ont cette qualité de permettre aux individus de s'exprimer sans contraintes. Il est un point commun, comme dans toute discussion, c'est que ce sont souvent ceux qui en savent le moins qui en disent le plus. Certaines théories ou rhétoriques sont très amusantes si le sujet n'était pas aussi grave.

    Le but de cette intervention est de rétablir un certain nombre de contre vérités avec des éléments factuels et de bien comprendre ce qu'est cette "affaire ARISTOPHIL" tant décriée de toute part et mettant tant de personnes dans des situations parfois dramatiques.
    Dans ce cadre, il semble plus approprié que les intervenants qui ne sont ni clients, ni conseillers, ni salariés ou autres personnes gravitant autour de cette affaire, évitent de polluer ou de cracher leur venin sur un événement aussi dramatique pour des milliers de personnes, ne serait-ce que par respect pour les personnes qualifiées de "victimes".

    Tout d'abord, oubliez tout ce que vous avez pu lire ou entendre au sujet de l'AMF/ARISTOPHIL, la vérité c'est cette décision de justice qui ne date pas d'hier :
    Décision de justice faisant suite au jugement du TGI de Paris du 03 Octobre 2006 devant la 11ème chambre :
    "Attendu que la COB, devenue l'AMF, répondait le 28 octobre 2003 à une demande d'information sur le projet de commercialisation des contrats CORALY'S en indiquant que ces produits ne relevaient pas des instruments financiers ou de placements faisant appel public à l'épargne; que le 24 décembre 2013, l'AMF publiait une mise en garde relative aux contrats COFEXA et signalait que ceux-ci constituaient des propositions d'investissement par appel public à l'épargne qui n'avaient pas été soumis à son autorisation; que cet avertissement faisait suite à une remise par le secrétariat Général d'AXA à l'AMF de documents relatifs à la société qui avait commercialisé les produits COFEXA et CORALY'S jusqu'en février 2004 et engagé d'anciens collaborateurs d'AXA;
    Attendu toutefois qu'aucune motivation juridique sur la qualification de ces contrats n'a été apportée par l'AMF; qu'il ne ressort pas des pièces de la procédure que les conventions relatives aux produits COFEXA et CORALY'S déterminaient une gestion pour compte de tiers ni que ces produits constituaient des propositions d'investissement par appel public à l'épargne; qu'en l'absence d'éléments matériel de l'infraction il convient de prononcer la relaxe." .../....
    "DECLARE Gérard LHERITIER NON COUPABLE et le RELAXE des fins de la poursuite pour les faits qualifiés de : DEMARCHAGE OU APPEL PUBLIC A L'EPARGNE SANS INFORMATION PREALABLE CONFORME DU PUBLIC - GESTION DE RENTES VIAGERES ET DE BIENS,..." ..../...

    Un petit tour du côté des associations de défense qui se sont manifestées :
    AICLM feat PATRIMOINE ECRIT : Situation compliquée pour eux voir incertaine depuis à la nomination de la société "AGUTTES" suite au dernier appel d'offre effectuée par la liquidation.

    Il est troublant de lire que certains ne savent pas ce qui se passe et ne sont informés de rien alors qu'il suffit juste d'aller sur le site public créanciers.net et de consulter les documents officiels. Lisez les documents, c'est tout ! (Appel d'offre, décision par ordonnance...)
    Ces chers, très chers avocats ne vont ont pas informés de cela ?

    Éléments concrets : http://www.creanciers.net/templates/...26370EB6ACA73C

    ADC54 : On vous défend et on casse de l'ARISTOPHIL, du conseiller et on finit par vous vendre vos collections au rabais dans une salle de province avec comme acheteurs les notables du coin.... Ceci dit, si les prix sont convenables....vite, vite, adhérez.

    CPARTI : Dirigée comme l'AICLM par des anciens conseillers, elle semble néanmoins être celle qui représente le plus grand nombre de clients et, à priori la moins onéreuse actuellement...

    ADILEMA : Même combat que l'ADC54 et composée uniquement de clients.

    LECOQ VALLON : On attaque les banques, les banques, les banques et on oublie pas de vous soulager un peu au passage en vous faisant miroiter le jackpot. Pourquoi pas ?
    Seulement voilà, sur ce point précis, il faut savoir qu'ARISTOPHIL présentait, au moins en apparence, toutes les garanties nécessaires à l'exercice de son activité durant des décennies et publiait ses comptes tous les ans. Des comptes certifiés par plusieurs commissaires aux comptes chaque année, une très bonne notation Banque de France (B3 en 2014, B3+ en 2013, B3+ en 2012, C3 en 2011 etc...), des assurances etc....et....des très grosses sommes placées en banque par GL sur des contrats d'assurance vie suite à ses gains à l’Euromillions. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la solvabilité ou le défaut de paiement était loin de pointer le bout de son nez.

    Le problème qui s'est posé a été plus complexe qu'il n'y parait. ARISTOPHIL devait créer en 2015 une salle des ventes dans son magnifique hôtel particuliers. Mais également était en négociation dans un fond d'investissement qui aurait permis en 2015 d'inscrire l'entreprise dans le monde la finance....des moyens trop conséquent pour les petits libraires de quartiers pour qu'ils puissent rivaliser sur l'acquisition des plus belles pièces, et des relations privilégiées avec le gratin politique du gouvernement précédent....

    Bien évidemment, il a fallu dire stoppe avant que le Monsieur aux manuscrits ne devienne trop imposant.

    Alors, un 18 novembre 2014, un procureur a soumis à un juge des détentions et des libertés, un dossier sur le méchant Monsieur suite à un rapport de la DGCCRF (vous savez, c'est ceux qui contrôlent la réglementation en matière de produits de consommation), car l'AMF ne pouvait rien faire comme il a été vu précédemment.
    Le méchant Monsieur avait écrit un livre dénonçant l'erreur judiciaire dont il avait été victime bien des années plus tôt et dans le lequel ont été condamnés un juge, etc...
    Le charmant commissaire de police du quai des orfèvres, aura même la délicatesse d'inscrire sur le livre d'or du Musée du boulevard saint germain, "avec les compliments de la SRPJ signé Bernard PETIT". Pas de bol pour lui, 2 mois après il était mis en examen dans une autre affaire de violation du secret de l'instruction, puis, mit à la retraite anticipée.... C'est pas de chance....

    Si vous n'avez pas lu le livre de GL, c'est "Intime corruption" avec quelques liens http://www.webtimemedias.com/article...bres-de-monaco
    Bonus sur le début de la manipulation juridico médiatique : http://www.ojim.fr/wp-content/upload...corruption.pdf

    On a trouvé son surnom "Le Madoff des manuscrits". On fait appel aux plus gros journaux subventionnés grassement par l'état (pour ceux qui ne le savent pas, en voici la liste https://www.data.gouv.fr/fr/datasets...-presse-aides/, on en fait des tartines et le méchant Monsieur devient l'escroc du siècle.....
    Madoff, c'est tout ce qu'ils ont trouvé pour marquer les esprits et pour éviter aux gens de penser par eux-mêmes.
    L'affaire Madoff, ça n'a absolument rien à voir. ARISTOPHIL n'a jamais encaisser des fonds sans contrepartie et jusqu'à preuve du contraire.
    130 000 Manuscrits, ce n'est pas ce qu'on appelle rien !!!
    Après, si certains affirment qu'ils ne valent rien, on tombe vraiment dans le grotesque et la débilité profonde en ayant pas peur des mots.
    Il y en a certainement de moindre valeur, mais de là à caricaturer dans le seul but de faire peur ou de justifier sa haine, c'est vraiment se ridiculiser soi-même. A moins que ce soit un moyen de se défouler ou peut-être d'exister. Une consultation alors s'impose, il y a des professionnels pour cela.

    Seulement il y a un Hic, il semble que ce Monsieur et tous ceux qui gravitent autour de lui soient dors et déjà condamné avant même d'avoir été jugé !
    Mais dans ce cas, à quoi servent les juges, mettons le derrière les barreaux si ça peut en soulager certains et on gagnera du temps !

    Curieuse vision de la justice par le citoyen de base qui ne sait même pas calculer un pourcentage : Combien de fois avons-nous lu que les prix de vente étaient de 150% ! Vous vous rendez compte, il revendait 3 fois le prix, pour certains c'est 15 fois le prix et j'en passe. Et bien non, 150% de 100 ça fait 150. Dur dur les maths en France....Sujet d'ailleurs d'actualité.
    Ceci dit, quand un magasin classique revend 20 fois le prix comme dans l'habillement, on envoie pas la DCCRF....Faudrait peut-être y songer d'ailleurs....
    Serions-nous revenu au moyen âge, n'y a-t-il plus de lois ni de présomption d'innocence dans l'esprit des citoyens ?

    Revenons aux faits : Si aujourd'hui et depuis 2 ans, les clients ne peuvent plus revendre ou même être en possession de leurs biens, c'est uniquement parce que les comptes bancaires des sociétés ont été bloqués et mis sous séquestre. Résultat, redressement judiciaire et liquidation.
    Il ne fait pas bon être soupçonné de nos jours au risque de perdre son entreprise. Ce n'est d'ailleurs pas un cas unique....

    Et oui, la loi le prévoit même si le conseil constitutionnel (Décision n° 2015-494 QPC du 16 octobre 2015) a rendu l'alinéa 2 de l'article 99 du code pénal inconstitutionnel.
    Le texte ici : http://www.conseil-constitutionnel.f...15.144531.html
    Vous ne le saviez pas ?

    En France, quand on est soupçonné d'escroquerie, on tire d'abord et on discute ensuite, on ne la met pas sous tutelle le temps d'y voir plus clair, non non, on tue la société, on voit ce qui se passe après, on fait passer les administrateurs et toute la clique à la caisse, on laisse des milliers de gens sur le carreau pour les "protéger" sans même savoir s'ils étaient en danger, et, par dessus le marché, on les laisse dans la nature sans la moindre information et à la merci de tous les vautours qui font de la complexité juridictionnelle et des procédures un business florissant.
    On vous en remet une couche alors que vous n'avez rien demandé si ce n'est au moins récupérer l'argent que vous avez versé.
    Vous devenez le dindon de la farce. L’appellation de victime est en soit ainsi vraiment justifiée et bien avant l'heure.

    Ne pas se tromper d'ennemi. Aujourd'hui, ce sont de nombreux conseillers qui ont vendus les produits qui sont les plus actifs dans le suivi et la volonté de limiter la casse pour leurs clients. Bien sur ils y ont intérêt, mais souvent, pas pour ce que vous pensez. La plupart sont de vrais professionnels qui œuvrent pour leurs clients depuis de nombreuses années. La plupart également ont eux-même investis personnellement chez ARISTOPHIL souvent plus que de raison.
    Nombreux sont ceux toujours en affaires avec leurs clients pour d'autres produits où cela se passe très bien.
    Il faut donc relativiser et ne pas mettre tout le monde dans le même sac même s'il est très probable qu'il y ai eu certains margoulins comme il peut y en avoir dans bien autres sociétés à l'image plus qu'honorable.

    Pour les clients qui les montrent du doigt, à tord ou à raison, il est préférable pour eux d'attendre les conclusions de la procédure pénale et une éventuelle condamnation des personnes mises en cause si elle intervient avant d'engager des poursuites.
    En effet, une jurisprudence a condamné en début d'année des clients à payer les frais de procédure au motif que le tribunal ne pouvait pas statuer sur une éventuelle responsabilité d'un conseiller en se basant sur une affaire dont on ne connait pas l'issue et où aucune condamnation n'a été prononcée étant encore au stade de l'enquête préliminaire. Donc, pour ceux qui parlent d'attaquer les conseillers....Patience vaut mieux que de se prendre encore des sommes à débourser pour rien.
    Un comble direz-vous ?
    Et bien non, c'est simplement la procédure et le respect de la présomption d'innocence. Si par contre vous voulez attaquer la presse qui vous a bourré le crâne en vous expliquant que les jeux étaient faits, ne vous gênez pas....

    Heureusement, il reste des musées....et la dernière vente Pierre Bergé a battu tous les records de prix.
    Tout n'est donc pas si négatif.

    Je finis avec un autre point positif. De nos jours, il vaut mieux avoir des lettres et manuscrits, entre autres, que de l'argent en Banque ou en assurance vie, car, vous le savez certainement, l'ordonnance du 20 Août 2015 permet à l'état de ponctionner vos comptes bancaires et comme cela ne suffisait pas, on vous a remis une couche le 14 Juillet 2016 avec la loi Sapin 2 ou cette fois, c'est votre assurance vie que vous pouvez ne pas revoir, le tout sur fond de crise financière grave. Comme quoi, tout n'est pas si sombre.

    Il est fort possible que ceci aboutisse à une condamnation pour des faits qui soient vraiment répréhensibles. Si c'est le cas, il ne faudra rien lâcher et vous défendre jusqu'au bout. Il faut savoir néanmoins que ce sera long, très long, car les recours sont nombreux d'un côté comme de l'autre.
    A moins d'un retournement de situation, il va falloir compter en années.
    A titre d'exemple, l'affaire Marble ART INVEST qui a été déclenchée en 2011, avec quelques centaines de victimes, vient tout juste d'aboutir....
    Dernier article : https://www.quechoisir.org/actualite...invest-n23303/

    J'allais oublier et pour être complet, documentez-vous, vérifiez, comparez, pour vraiment vous informer.

  10. #2250
    "Pourquoi la DGCCRF est-elle intervenue le 15 octobre 2013 chez ARISTOPHIL pour les motifs ci-dessous et qu'elle a laissé l'activité se poursuivre durant plus d'1 an ?"

    La DGCCRF intervient sur décision réglementaire (controle systématique sur certains domaines prévus réglementairement, comme le commerce alimentaire et restauration) ou sur signalement ponctuel, signalement effectif par l'AMF ... après le jugement précisant qu'Aristophil était hors de son champ de compétence. Et elle n'a pas le pouvoir de stopper l'activité de n'importe quelle société (idem : c'est réglementaire).



    Ce qui est amusant, c'est qu'aujourd'hui, certains utilisent cet argument comme si cela signifiait "tout allait bien, sinon la DGCCRF aurait fermé Aristophil plus tôt" (pourquoi se poser la question de la légalité d'une telle fermeture) tout en prétendant que l'ensemble de l'enquête, saisie incluse, est complètement illégale et anormale (mais cela l'aurait été si la DGCCRF avait manu militari fermé Aristophil plus tôt ???), d'autres utilisent le même argument pour se plaindre que l'Etat ait laissé faire (idem : on oublie que la loi ...).


    Et non : ca n'est pas rare. C'est au contraire bien trop fréquent : faute d'une saisie par un plaignant, les choses ne bougent pas. Mais bon, inutile de parler raison, puisque de toute façon l'ange GL est intouchable, en fait. Tout argument logique et raisonnable est nécessairement le résultat d'un complot contre ce grand homme qui allait faire des choses impressionnantes et qu'il fallait tuer avant, parce qu'il est le messie, et que tous les autres sont justes des jaloux, des aigris, ....

    On connait cette défense, c'est la même que pour MBA, Fairvesta, ESI, les girardins, les diamantaires aujourd'hui, etc ...


    Pour les non-matheux, une augmentation de valeur de +150% (+147% en moyenne dixit la DGCCRF), c'est bien +150 pour un produit valant 100 au départ, soit 100+150 = 250, soit x2,5. Jsute parce que la phrase de Karl pourrait laisser penser à un prix final de 150, et non de 250.

    Autre point de détail, Karl : le code de PROCEDURE pénale, et non le code pénale. Différence subtile s'il en est, l'un traite de ce qui est légal ou non, l'autre de comment fonctionne la police et la justice.

    En l'espèce, ce qui a été invalidé, c'est l'absence d'un délai de décision et d'une possibilité de recours, sur une demande de restitution. Résultat : maintenant, le juge, qui pouvait répondre en 2 ans si ca lui plaisait, doit maintenant répondre en un mois. A défaut, le demandeur peut aller devant la chambre de l'instruction. Youpi !

    Bon, la principale disposition reste inchangée, elle : Il n'y a pas lieu à restitution lorsque celle-ci est de nature à faire obstacle à la manifestation de la vérité ou à la sauvegarde des droits des parties, lorsque le bien saisi est l'instrument ou le produit direct ou indirect de l'infraction ou lorsqu'elle présente un danger pour les personnes ou les biens. Elle peut être refusée lorsque la confiscation de l'objet est prévue par la loi.

    •     Cette discussion vous a aidé ? Elle répond à votre question ? Vous la trouvez intéressante ? Partagez la sur vos réseaux sociaux !

Discussions similaires

  1. Aristophil, au coeur de l'histoire des lettres et manuscrits
    Par laurechartris dans le forum Economie
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/04/2014, 09h08
  2. Questions autour d’Aristophil
    Par bennou dans le forum Investissements
    Réponses: 35
    Dernier message: 11/12/2012, 09h46
  3. placement aristophil
    Par flamant dans le forum Economie
    Réponses: 22
    Dernier message: 07/12/2010, 23h27
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 25/02/2010, 14h41
  5. Portrait de Gérard Lhéritier de la société Aristophil
    Par anne_renault dans le forum Autre
    Réponses: 0
    Dernier message: 27/03/2009, 09h37

Les tags pour cette discussion




 
Des nouvelles d'Aristophil
Partenaires - Contacts - Publicité - ActuFinance recrute - Forex - bourse - immobilier - rapports annuels - comptabilité - biographies
Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil Des nouvelles d'Aristophil
© Actufinance - Tous droits réservés.

  Des nouvelles d'Aristophil
vous aimez la finance et actufinance.fr ?