Principaux échanges de 2011

L'équipe d'analystes de DailyFX regarde 2011 avec intérêt et est, bien entendu, à l'affût d'idées nouvelles sur les 12 prochains mois à venir.
Découvrez certaines de nos meilleures idées de l'année ainsi que notre avis sur les thèmes les plus importants du marché forex pour cette nouvelle année.



NICOLAS CHERON
Analyste technique

Plus dure sera la chute

Court EUR, AUD, Indices ; Long : USD

Toutes les bonnes choses ont une fin, le rallye haussier en place sur les indices, la reprise de l’euro favorisée par les spéculations sur les taux, les records historiques du dollar australien tiré par l’économie chinoise ; raison pour laquelle il est possible que l’année 2011 soit le théâtre de corrections d’ampleurs, à l’image des hausses réalisées. Non pas que je remette en question pour l’instant le caractère haussier de ces actifs risqués à long terme mais de nombreux éléments plaident en faveur de corrections de ces derniers.

Surchauffe de l’économie chinoise, possible consolidation des prix des matières premières, politique monétaire agressive en suspens, tels sont les éléments négatifs, sorte d’épée de Damoclès, qui pèsent actuellement sur le Dollar australien alors que ce dernier évolue à des niveaux records, notamment sous le seuil de la parité contre le Dollar américain. Il n’est pour l’heure pas le moment de parler de renversement de tendance de long terme, certes, mais les nuages s’amoncellent et jouer la hausse du Dollar ou encore de l’Euro contre cette monnaie des antipodes pourrait s’avérer payant d’autant que les dites paires ont atteint des seuils techniques d’importance à long terme.
Concernant l’Euro, il convient de rappeler que la monnaie unique opère des corrections haussières non sur fond de changements fondamentaux mais suite à l’absence de mauvaises nouvelles qui tôt ou tard reviendront sur la table, inéluctablement. Les perspectives de croissance, les mises en œuvre de politiques d’austérités, le manque de marge de manœuvre de la banque centrale européenne (BCE) et les crises de dettes dans plusieurs états empêchent toute appréciation significative de la monnaie unique. Parallèlement, les perspectives de croissance plus élevée outre atlantique, résultant notamment du second programme d’assouplissement quantitatif, ou encore le caractère défensif du Dollar américain, en cas de nouvelle crise, devraient en tous cas soutenir ce dernier par rapport à son homologue européen.
En proie à des excès d’optimisme si ce n’est d’euphorie engendrés par des interventions gouvernementales à répétition au cours de l’année 2010 alors que les marchés étaient en manque absolue de confiance, les indices boursiers et notamment le Dow Jones ou encore le Dax se dirigent droit vers leurs plus hauts historiques. Eu égard aux hausses réalisées, proche des 90% le SP500 depuis son point bas de 2009, on est en droit de s’attendre à une temporisation mais la FED et ses injections permanentes contrecarrent les dessins des baissiers. Malgré un VIX (communément appelé indice de la peur) au plancher, un baltic dry index (indice du frêt maritime mondiale) en berne et d’autres indicateurs avancés plaidant pour une correction, l’élastique continue de se tendre. Plus dure sera la chute donc mais il est difficile de dire jusqu’à quand le stimulus en place pourra soutenir ce château de cartes...

NADIA COMPAORE
Analyste technique

Des défis perpétuels

Short EUR,AUD,NZD,S&P - Long USD

Chaque année apporte avec elle son lot de défis, et l’année 2011 ne dérogera pas à la règle. S’il était souhaitable qu’au terme de 3 ans de redondance, le terme « crise » soit banni du vocabulaire financier, il est fort probable que ce ne soit pas le cas au cours de cette année 2011.

En Europe, si les nombreuses sorties des officiels ont clairement pour but de renforcer l’opinion des investisseurs quant à la solidité de la Zone, toutes les mesures prises jusque là apparaissent comme un processus dangereux de colmatage des fuites, qui ne durera pas éternellement. Les taux d’endettement des économies, combinés à des politiques d’austérité drastiques inévitables, ne plaident pas pour une appréciation massive de la monnaie unique au cours de cette année qui vivra certainement une nouvelle année difficile face à son homologue américain. De plus, la question du mandat de la BCE deviendra effectivement un problème récurrent pour la monnaie unique, et rappelons que 2011 marquera le changement de Gouverneur, avec le remplacement de Jean Claude Trichet par l’allemand Axel Weber, connu pour son scepticisme vis-à-vis de la politique monétaire actuelle de la BCE.
C’est dans la même perspective que se trouvera la Livre sterling, avec des défis encore plus grands en ce qui concerne la réduction du déficit et la politique d’austérité ; ces deux devises européennes n’ont pas de grande marge d’appréciation face au billet vert au cours de cette année, quoique la livre pourrait faire l’objet d’un investissement alternatif par rapport à son homologue européen, en raison notamment du caractère agressif de sa banque centrale, donnant ainsi des opportunités d’intervention sur la paire EUR GBP.