Article à paraître très bientôt dans la presse française:

CARREFOUR : à la croisée des chemins

Par L. Guillemet & C. Bouleau

"Amazon aurait l'intention de reprendre le groupe Carrefour et fait fi des décalages culturels !"
Ce type d'annonce soulève bien des questions : Pourquoi le groupe Carrefour a-t-il besoin aujourd'hui de faire monter le cour de son action ? Amazon peut-il s'accommoder avec les pratiques syndicales françaises ? Le nouveau Président de l'Etat encourage-t-il ce type de pratique ?

Nicolas Champ, de Barclays, s'est confié à nous et se montre très critique par rapport à cette annonce : "Les résultats du groupe Carrefour sont médiocres et soulève nombre d'interrogations..."

Nicolas Champ complète sa pensée : "Il y a un fossé culturel important que le groupe Carrefour n'a jamais su gérer... Prenez l'exemple brésilien avec Abilio Diniz..." (sa proximité avec le Président Michel Temer, José Roberto Rodrigues, son homme de confiance, condamné à une peine de 5 ans, une majorité d'actionnaires qui souhaitent son départ suite à plusieurs scandales, son conseiller américain, W. Ury, qui a une emprise trop importante sur le groupe et sur la femme d'A. Diniz.)

L'arrivée d'Alexandre Bompard retentit comme un véritable camouflet pour les syndicats de Carrefour par ses liens avec Amazon ! Bompard ne connaît pas la culture du groupe Carrefour et sous-estime le mélange des genres.

Amazon devrait connaître le dicton : "qui trop embrasse, mal étreint !"


Les actionnaires et les investisseurs du groupe Carrefour aussi...