Chronique de la Guerre de Classes : La disparition des cong

Invité

Membre Expert
#1
Ca paraît un gag comme ça, mais l'UMP a prévu, dans son programme de
"gouvernement" qu'on pourrait résumer à : "Tout ce qu'on peut tant qu'on
peut", de supprimer les congés payés.
La technique utilisée sera "d'autoriser", le "rachat" par l'entreprise des
CP du salarié, c'est une extension prévue au "rachat des RTT", dans la Loi
sur les 48 heures, actuellement "débattue".
Tout le monde voit tout de suite de quoi il s'agit. Quand on connaît la
nouvelle tendresse patronale, ça sera : "Tu reste là en août, ou tu t'en va
définitivement". Même sans cette aimable sollicitation, on voit mal comment
un smicard , lâché par sa voiture ou harcelé par son banquier, pourra y
couper.
Si on laisse ces cloportes continuer ce saccage jusqu'au élections, avec la
complicité conflictuelle (mais polie) de ce qui nous sert de "gauche",
politique et syndicale, qui y voit l'occasion unique de revenir au pouvoir,
histoire de nous rendre triomphalement le dixième de ce qui nous aura été
volé, il ne restera plus grand chose de 70 ans de progrès social.


 

Invité

Membre Expert
#2
Re: Chronique de la Guerre de Classes : La disparition des cong és payés

riri wrote:
> Ca paraît un gag comme ça, mais l'UMP a prévu, dans son programme
de
> "gouvernement" qu'on pourrait résumer à : "Tout ce qu'on peut tant
qu'on
> peut", de supprimer les congés payés.
> La technique utilisée sera "d'autoriser", le "rachat" par
l'entreprise des
> CP du salarié, c'est une extension prévue au "rachat des RTT", dans
la Loi
> sur les 48 heures, actuellement "débattue".
> Tout le monde voit tout de suite de quoi il s'agit. Quand on connaît
la
> nouvelle tendresse patronale, ça sera : "Tu reste là en août, ou
tu t'en va
> définitivement". Même sans cette aimable sollicitation, on voit mal
comment
> un smicard , lâché par sa voiture ou harcelé par son banquier,
pourra y
> couper.
> Si on laisse ces cloportes continuer ce saccage jusqu'au élections,
avec la
> complicité conflictuelle (mais polie) de ce qui nous sert de
"gauche",
> politique et syndicale, qui y voit l'occasion unique de revenir au
pouvoir,
> histoire de nous rendre triomphalement le dixième de ce qui nous
aura été
> volé, il ne restera plus grand chose de 70 ans de progrès social.

En étant machiavélique, ce saccage va bien finir par révolter les
gens.


 

Invité

Membre Expert
#3
Re: Chronique de la Guerre de Classes : La disparition des cong és payés

riri wrote:
> Ca paraît un gag comme ça, mais l'UMP a prévu, dans son programme
de
> "gouvernement" qu'on pourrait résumer à : "Tout ce qu'on peut tant
qu'on
> peut", de supprimer les congés payés.
> La technique utilisée sera "d'autoriser", le "rachat" par
l'entreprise des
> CP du salarié, c'est une extension prévue au "rachat des RTT", dans
la Loi
> sur les 48 heures, actuellement "débattue".
> Tout le monde voit tout de suite de quoi il s'agit. Quand on connaît
la
> nouvelle tendresse patronale, ça sera : "Tu reste là en août, ou
tu t'en va
> définitivement". Même sans cette aimable sollicitation, on voit mal
comment
> un smicard , lâché par sa voiture ou harcelé par son banquier,
pourra y
> couper.
> Si on laisse ces cloportes continuer ce saccage jusqu'au élections,
avec la
> complicité conflictuelle (mais polie) de ce qui nous sert de
"gauche",
> politique et syndicale, qui y voit l'occasion unique de revenir au
pouvoir,
> histoire de nous rendre triomphalement le dixième de ce qui nous
aura été
> volé, il ne restera plus grand chose de 70 ans de progrès social.

Une analyse machiavélique pronostiquerait qu'un tel retour en arrière
finira bien par révolter les gens. (les élections ils s'en foutent,
avec les machines à voter elles seront faites d'avance.)


 

Invité

Membre Expert
#4
Re: Chronique de la Guerre de Classes : La disparition des cong és payés

"H. Greenfish" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected] wrote:
> Ca paraît un gag comme ça, mais l'UMP a prévu, dans son programme
de
> "gouvernement" qu'on pourrait résumer à : "Tout ce qu'on peut tant
qu'on
> peut", de supprimer les congés payés.
> La technique utilisée sera "d'autoriser", le "rachat" par
l'entreprise des
> CP du salarié, c'est une extension prévue au "rachat des RTT", dans
la Loi
> sur les 48 heures, actuellement "débattue".
> Tout le monde voit tout de suite de quoi il s'agit. Quand on connaît
la
> nouvelle tendresse patronale, ça sera : "Tu reste là en août, ou
tu t'en va
> définitivement". Même sans cette aimable sollicitation, on voit mal
comment
> un smicard , lâché par sa voiture ou harcelé par son banquier,
pourra y
> couper.
> Si on laisse ces cloportes continuer ce saccage jusqu'au élections,
avec la
> complicité conflictuelle (mais polie) de ce qui nous sert de
"gauche",
> politique et syndicale, qui y voit l'occasion unique de revenir au
pouvoir,
> histoire de nous rendre triomphalement le dixième de ce qui nous
aura été
> volé, il ne restera plus grand chose de 70 ans de progrès social.

Une analyse machiavélique pronostiquerait qu'un tel retour en arrière
>finira bien par révolter les gens.

Les abattre oui .tijl


 

Invité

Membre Expert
#5
Re: Chronique de la Guerre de Classes : La disparition des cong és payés

"H. Greenfish" <[email protected]> a écrit dans le message de [email protected]

riri wrote:
> Ca paraît un gag comme ça, mais l'UMP a prévu, dans son programme
de
> "gouvernement" qu'on pourrait résumer à : "Tout ce qu'on peut tant
qu'on
> peut", de supprimer les congés payés.
> La technique utilisée sera "d'autoriser", le "rachat" par
l'entreprise des
> CP du salarié, c'est une extension prévue au "rachat des RTT", dans
la Loi
> sur les 48 heures, actuellement "débattue".
> Tout le monde voit tout de suite de quoi il s'agit. Quand on connaît
la
> nouvelle tendresse patronale, ça sera : "Tu reste là en août, ou
tu t'en va
> définitivement". Même sans cette aimable sollicitation, on voit mal
comment
> un smicard , lâché par sa voiture ou harcelé par son banquier,
pourra y
> couper.
> Si on laisse ces cloportes continuer ce saccage jusqu'au élections,
avec la
> complicité conflictuelle (mais polie) de ce qui nous sert de
"gauche",
> politique et syndicale, qui y voit l'occasion unique de revenir au
pouvoir,
> histoire de nous rendre triomphalement le dixième de ce qui nous
aura été
> volé, il ne restera plus grand chose de 70 ans de progrès social.

Une analyse machiavélique pronostiquerait qu'un tel retour en arrière
finira bien par révolter les gens. (les élections ils s'en foutent,
avec les machines à voter elles seront faites d'avance.)

Est-ce toi qui a écrit ça green ?
Si c'est bien toi, ton cas n'est pas désespéré ! [:)]
RC


 
Haut