Franc Poincaré

Invité

Membre Expert
#1
Franc Poincaré : a cause d’une politique inflationniste et de la faillite de
l’Etat qui n’arrivait pas à joindre les deux bouts, la parité du franc était
passée de 25 francs pour une livre en 1913 à 240 francs le 20 Juillet 1926
puis à 175 francs en Août et 141 francs en novembre. Léon Jouhaux dirigeant
de la CGT, met en garde Poincaré contre les dangers de chômage s’il laissait
le franc se revaloriser excessivement. La décision est prise par Poincaré -
à contre cœur - le 25 juin 1928 de stopper la surévaluation du franc en
faisant racheter par la Banque de France la devise anglaise au cours de 124
francs pour une livre ( comme la loi l’autorisait ). Le franc Poincaré est d
’abord un franc de stabilisation mais il est aussi sous évalué de 15 à 20%.
La politique Poincaré était le contraire d’une politique du franc surévalué
( fort ), elle avait pour but de limiter la surévaluation, c’est à dire qu’
il ne fallait plus que se poursuive l’évolution spontanée du « franc fort »
qui limitait les exportations, encourageait les importations, créait le
chômage. La France avait gagné des parts de marché mondial pendant la
période de dépréciation de sa monnaie. Les capitaux étrangers étaient
attirés par la perspective du franc fort qui était favorable aux rentiers et
non à l’emploi. En fait, Poincaré avait été hésitant car il aurait préféré
revenir au franc germinal de 1913. Les rentiers préféraient que le franc se
renforce mais les forces vives de la nation y voyaient un risque de perte
des marchés et des emplois. Keynes enseignait la nocivité de la déflation.
Poincaré opta pour la raison en rétablissant la convertibilité du Franc. Le
franc Poincaré a permis les investissements du renouveau industriel à partir
de 1929. Ce fut le « miracle du franc Poincaré », les réserves de la Banque
de France continuaient à battre tous les records, permettant une baisse du
taux d’escompte, un remboursement plus rapide de la dette.. Mais la crise
mondiale allait éclater...Le franc Poincaré ne vivra que huit ans, jusqu’à
la déflation de 1936 ( voir déflation Laval ).


 
Haut