On est heureux de l'apprendre

Invité

Membre Expert
#1
On nous a bassiné ici-le magistère des économistes de l'école orthodoxe, style
Dauphine-CNAM régnant- et ailleurs (dans la quasi totalité des médias) sur le
déclin de l'industrie et la nécessité de se tourner vers le tertiaire pour
relancer l'économie, et que lit -on dans la page "entreprises" du "Monde"
d'hier de la bouche du commissaire européen chargé des entreprises Erkki
Liikanen :
"...Il faut revenir un peu en arrière : pendant les années 1990, on a en
effet pensé que le mot n'était plus à la mode. Les services étaient,
pensait-on, en mesure de tirer l'économie, suite au déclin de l'industrie.
C'était une erreur. Deuxième erreur, on a souvent eu une approche trop
horizontale, alors qu'une approche sectorielle est nécessaire. Mais les
mentalités ont commencé à changer depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en œuvre des programmes
concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les biotechnologies,
l'aérospatiale, etc."

Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?



 

Invité

Membre Expert
#2
"Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit
> depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
> néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en ouvre des programmes
> concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les
biotechnologies,
> l'aérospatiale, etc."
>
> Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?

J'sais pas, je ne les connais pas, grand maître, mais je sais que
l'aérospatiale travaille essentiellement pour des services (transport
aerien, telecom et ...défense) et les biotechnologies sont en grande parties
au stade de la recherche, donc une activité de service, et serviront entre
autres à la médecine, en principe un service. En fait le contenu "service"
des "nouvelles industries" me paraît de plus en plus primer sur l'aspect
"fabrication". Saviez-vous que la maintenance d'un avion représsente une
part de plus en plus important de son coût, et est l'un des trucs qui
maintient boeing à flot ? Enfin, je dis cela, peut être que j'écoute trop
les racontars de petite maîtres, héhé ! Vous, puits de science économique,
vous écoutez qui ?


 

Invité

Membre Expert
#3
"Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit dans le message de
news:[email protected]> On nous a bassiné ici-le magistère des économistes de l'école orthodoxe,
style
> Dauphine-CNAM régnant- et ailleurs (dans la quasi totalité des médias)
sur le
> déclin de l'industrie et la nécessité de se tourner vers le tertiaire pour
> relancer l'économie, et que lit -on dans la page "entreprises" du "Monde"
> d'hier de la bouche du commissaire européen chargé des entreprises Erkki
> Liikanen :
> "...Il faut revenir un peu en arrière : pendant les années 1990, on a en
> effet pensé que le mot n'était plus à la mode. Les services étaient,
> pensait-on, en mesure de tirer l'économie, suite au déclin de l'industrie.
> C'était une erreur. Deuxième erreur, on a souvent eu une approche trop
> horizontale, alors qu'une approche sectorielle est nécessaire. Mais les
> mentalités ont commencé à changer depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
> néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en ouvre des programmes
> concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les
biotechnologies,
> l'aérospatiale, etc."
>
> Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?

Des noms! sinon on va encore croire que vous pourfendez un ennemi que vous
vous êtes fabriqué tout seul.

A.D.


 

Invité

Membre Expert
#4
"PGreenfinch" <[email protected]> a écrit dans le message
news: [email protected]> "Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit
> > depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
> > néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en ouvre des programmes
> > concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les
> biotechnologies,
> > l'aérospatiale, etc."
> >
> > Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?
>
> J'sais pas, je ne les connais pas, grand maître, mais je sais que
> l'aérospatiale travaille essentiellement pour des services (transport
> aerien, telecom et ...défense) et les biotechnologies sont en grande
parties
> au stade de la recherche, donc une activité de service, et serviront entre
> autres à la médecine, en principe un service. En fait le contenu "service"
> des "nouvelles industries" me paraît de plus en plus primer sur l'aspect
> "fabrication". Saviez-vous que la maintenance d'un avion représsente une
> part de plus en plus important de son coût, et est l'un des trucs qui
> maintient boeing à flot ? Enfin, je dis cela, peut être que j'écoute trop
> les racontars de petite maîtres, héhé ! Vous, puits de science économique,
> vous écoutez qui ?

Précision:

Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas sur un
service.

--
M F
Site Le Grand Guignol <[lien http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray]http://perso.wanadoo.fr/marcel.fray[/lien]/>


 

Invité

Membre Expert
#5
"M F" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]>
> "PGreenfinch" <[email protected]> a écrit dans le message
> news: [email protected]> > "Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit
> > > depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
> > > néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en ouvre des
programmes
> > > concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les
> > biotechnologies,
> > > l'aérospatiale, etc."
> > >
> > > Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique
?
> >
> > J'sais pas, je ne les connais pas, grand maître, mais je sais que
> > l'aérospatiale travaille essentiellement pour des services (transport
> > aerien, telecom et ...défense) et les biotechnologies sont en grande
> parties
> > au stade de la recherche, donc une activité de service, et serviront
entre
> > autres à la médecine, en principe un service. En fait le contenu
"service"
> > des "nouvelles industries" me paraît de plus en plus primer sur l'aspect
> > "fabrication". Saviez-vous que la maintenance d'un avion représsente une
> > part de plus en plus important de son coût, et est l'un des trucs qui
> > maintient boeing à flot ? Enfin, je dis cela, peut être que j'écoute
trop
> > les racontars de petite maîtres, héhé ! Vous, puits de science
économique,
> > vous écoutez qui ?
>
> Précision:
>
> Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas sur un
> service.

Là je suis d'accord, si ca ne rend pas service, ou n'est
pas perçu comme tel, vaut mieux jetter l'éponge.


 

Invité

Membre Expert
#6
MF:
"Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas sur un
service."

Beuh c'est un peu rapide ça... Produire un kilo de nouilles au choux-fleur
ne débouche pas sur un service, mais sur la consommation du bien... Enfin
faudrait que vous précisiez ce que vous entendez par "service".
Par contre toutes les recherches sont conditionnées par l'existence d'une
industrie au bout, il me semble.


 

Invité

Membre Expert
#7
"VilCoyote" <[email protected]> a écrit dans le message [email protected]
> MF:
> "Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas sur un
> service."
>
> Beuh c'est un peu rapide ça... Produire un kilo de nouilles au choux-fleur
> ne débouche pas sur un service, mais sur la consommation du bien... Enfin
> faudrait que vous précisiez ce que vous entendez par "service".

Tiens au resto après le repas sur la facture on lit:

12% pour le service

La nourriture aussi c'est un service.


 

Invité

Membre Expert
#8
Toutes choses égales par ailleurs, "M F" <[email protected]> a
écrit dans news:[email protected]>
> "VilCoyote" <[email protected]> a écrit dans le message news> [email protected]
>> MF:
>> "Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas
>> sur un service."
>>
>> Beuh c'est un peu rapide ça... Produire un kilo de nouilles au
>> choux-fleur ne débouche pas sur un service, mais sur la consommation
>> du bien... Enfin faudrait que vous précisiez ce que vous entendez par
>> "service".
>
> Tiens au resto après le repas sur la facture on lit:
>
> 12% pour le service
>
> La nourriture aussi c'est un service.

Non, le service, c'est mettre les plats, cuire et préparer ladite
nourriture, vous l'amener toute chaude avec un sourire, nettoyer et laver
la vaisselle quand vous êtes parti.

--
Kimon Berlin Gribouillis économiques: [lien http://gribeco.free.fr]http://gribeco.free.fr[/lien]
 

Invité

Membre Expert
#9
On 30 Oct 2003 12:20:04 GMT, *********@**********.** (Vlad Defives)
wrote:

>On nous a bassiné ici-le magistère des économistes de l'école orthodoxe, style
>Dauphine-CNAM régnant- et ailleurs (dans la quasi totalité des médias) sur le
>déclin de l'industrie et la nécessité de se tourner vers le tertiaire pour
>relancer l'économie, et que lit -on dans la page "entreprises" du "Monde"
>d'hier de la bouche du commissaire européen chargé des entreprises Erkki
>Liikanen :
>"...Il faut revenir un peu en arrière : pendant les années 1990, on a en
>effet pensé que le mot n'était plus à la mode. Les services étaient,
>pensait-on, en mesure de tirer l'économie, suite au déclin de l'industrie.
>C'était une erreur. Deuxième erreur, on a souvent eu une approche trop
>horizontale, alors qu'une approche sectorielle est nécessaire. Mais les
>mentalités ont commencé à changer depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
>néglige plus l'industrie.
excellent.

>Elle cherche à mettre en œuvre des programmes
>concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les biotechnologies,
>l'aérospatiale, etc."
c'est à dire ce qui marche à peu près.
donc langue de bois, couvrent du manteau de l'industrialisation, les
subventions qu'ils s'appretent à verser.
mais c'st déjà bon signe, ils se metent enfin dans le sens du nouveau
vent, pourvu qu'il soufle fort.

sans doute le marche devient dur, avec la chute de l'euro.

quand diable nous feront-ils le programme de grands travaux que Delors
proposait il y a déjà dix ans?
>
>Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?
>
>

UBU.

''Les discours au peuple sont de longues tartines
sous lesquelles il n'y a pas de pain''
(Alphonse KARR)
 

Invité

Membre Expert
#10
"alexandre delaigue" <[email protected]> wrote in message news:<[email protected]> "Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit dans le message de
> news:[email protected]> > On nous a bassiné ici-le magistère des économistes de l'école orthodoxe,
> style
> > Dauphine-CNAM régnant- et ailleurs (dans la quasi totalité des médias)
> sur le
> > déclin de l'industrie et la nécessité de se tourner vers le tertiaire pour
> > relancer l'économie, et que lit -on dans la page "entreprises" du "Monde"
> > d'hier de la bouche du commissaire européen chargé des entreprises Erkki
> > Liikanen :
> > "...Il faut revenir un peu en arrière : pendant les années 1990, on a en
> > effet pensé que le mot n'était plus à la mode. Les services étaient,
> > pensait-on, en mesure de tirer l'économie, suite au déclin de l'industrie.
> > C'était une erreur. Deuxième erreur, on a souvent eu une approche trop
> > horizontale, alors qu'une approche sectorielle est nécessaire. Mais les
> > mentalités ont commencé à changer depuis un an, un an et demi. L'Europe ne
> > néglige plus l'industrie. Elle cherche à mettre en ouvre des programmes
> > concrets où les mêmes solutions s'appliquent à tous, dans les
> biotechnologies,
> > l'aérospatiale, etc."
> >
> > Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?
>
> Des noms! sinon on va encore croire que vous pourfendez un ennemi que vous
> vous êtes fabriqué tout seul.
>
> A.D.

Je ne pense pas que quelqu'un ici se soit prononcé en disant que
l'industrie c'était fini et qu'arrivait l'ère radieuse des services.
Mais la discussion porte souvent sur les avantages et inconvénients du
libre-échange, choix dont l'incidence directe porte d'abord sur
l'industrie. Mais c'est justement à travers la question du
libre-échange qu'on cerne mieux les inconvénients qu'il y a à postuler
une économie parfaitement flexible où les changements ne
comporteraient aucun coût. De ce point de vue, une des discussions les
plus intéressantes
qu'on ait eu portait justement sur la prise en compte de ces coûts
dans une politique de libre-échange.

[lien http://groups.google.fr/groups?selm=Xns93B0A76C86C64partideletranger%40216.148.227.77]http://groups.google.fr/groups?selm=Xns93B0A76C86C64partideletranger%40216.148.227.77[/lien]

Cette histoire de coût du changement me fait penser à une autre
enfilade un peu ancienne.

[lien http://groups.google.fr/groups?selm=8bgt6k%24s1o%241%40nnrp1.deja.com]http://groups.google.fr/groups?selm=8bgt6k%24s1o%241%40nnrp1.deja.com[/lien]

Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi on
pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
industrie en relation.

 

Invité

Membre Expert
#11
"loisillon" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]

> Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi on
> pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
> industrie en relation.

Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national? Pas
évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite une
activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de ce
secteur se trouve dans les services.

A.D.


 

Invité

Membre Expert
#12
"Kimon Berlin" <[email protected]> a écrit dans le message [email protected]
> Toutes choses égales par ailleurs, "M F" <[email protected]> a
> écrit dans news:[email protected]>
> >
> > "VilCoyote" <[email protected]> a écrit dans le message news> > [email protected]
> >> MF:
> >> "Toute activité industrielle ne sert à rien si elle ne débouche pas
> >> sur un service."
> >>
> >> Beuh c'est un peu rapide ça... Produire un kilo de nouilles au
> >> choux-fleur ne débouche pas sur un service, mais sur la consommation
> >> du bien... Enfin faudrait que vous précisiez ce que vous entendez par
> >> "service".
> >
> > Tiens au resto après le repas sur la facture on lit:
> >
> > 12% pour le service
> >
> > La nourriture aussi c'est un service.
>
> Non, le service, c'est mettre les plats, cuire et préparer ladite
> nourriture, vous l'amener toute chaude avec un sourire, nettoyer et laver
> la vaisselle quand vous êtes parti.

Hé! mais cela s'est bien débouché sur un service! A moins qu'on se nourrisse
comme les animaux en se goinfrant de viande crue puisée directement sur la
bête pas encore totalement estourbie !


 

Invité

Membre Expert
#13
Le 30/10/03 14:49, PGreenfinch a écrit :
> "Vlad Defives" <*********@**********.**> a écrit

>>Qu'en pensent les petits maitres du haut de leur "science" économique ?
[..]
> Enfin, je dis cela, peut être que j'écoute trop
> les racontars de petits maîtres, héhé ! Vous, puits de science économique,
> vous écoutez qui ?

Même si on ne t'écoute pas, on t'entend (hélas).
Et tu deviens de + en + lourd avec tes polémiques à rallonge...

Green-pisse-copie ? [;)]

--
Je suis un être aimant.
Alors permettez que je me gausse ...

[Le Bonhomme d'Ampère]


 

Invité

Membre Expert
#14
"Kimon Berlin" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]> Toutes choses égales par ailleurs, "M F" <[email protected]> a
> écrit dans news:[email protected]>
> >
>snip>
> Non, le service, c'est mettre les plats,
oui
cuire et préparer ladite
> nourriture,
non je pense c'est une transformation donc une production.

>vous l'amener toute chaude
oui

> avec un sourire,
quand avez vous ça pour la dernière fois?(en France, aux US c'est
automatique, reste d'un reflexe tété peut etre)
>nettoyer et laver
oui
> la vaisselle quand vous êtes parti.

ou pendant que l'on finit son café.
Amicalement tijl


 

Invité

Membre Expert
#15
"alexandre delaigue" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]>
> "loisillon" <[email protected]> a écrit dans le message de
> news:[email protected]> snip
>
> > Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi on
> > pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
> > industrie en relation.
>
> Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national? Pas
> évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite une
> activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de ce
> secteur se trouve dans les services.
Les besoins dans ce secteur , avec le vieillissement de la population iront
certainement en augmentant.
Est ce que le pouvoir d'achat de la clientèle, en grande partie des gens
âgés , suivra.? Dans le contexte actuel ça parait peu probable (quel
euphémisme-)!amicalement tijl


 

Invité

Membre Expert
#16
"tijluilenspiegel" <[email protected]> a écrit dans le
message de news:[email protected]> > > Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi on
> > > pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
> > > industrie en relation.
> >
> > Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national?
Pas
> > évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite une
> > activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de ce
> > secteur se trouve dans les services.
> Les besoins dans ce secteur , avec le vieillissement de la population
iront
> certainement en augmentant.

Pour tout le monde.

> Est ce que le pouvoir d'achat de la clientèle, en grande partie des gens
> âgés , suivra.? Dans le contexte actuel ça parait peu probable (quel
> euphémisme-)!amicalement tijl

Pourquoi?

A.D.


 

Invité

Membre Expert
#17
"alexandre delaigue" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]>
> "tijluilenspiegel" <[email protected]> a écrit dans le
> message de news:[email protected]>
> > > > Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi
on
> > > > pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
> > > > industrie en relation.
> > >
> > > Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national?
> Pas
> > > évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite
une
> > > activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de
ce
> > > secteur se trouve dans les services.
> > Les besoins dans ce secteur , avec le vieillissement de la population
> iront
> > certainement en augmentant.
>
> Pour tout le monde.
>
> > Est ce que le pouvoir d'achat de la clientèle, en grande partie des gens
> > âgés , suivra.? Dans le contexte actuel ça parait peu probable (quel
> > euphémisme-)!amicalement tijl
>
> Pourquoi?
Parce que les retraites tendront à baisser (avec des mesures déjà en cours)
et les remboursements Sécu des prestations baisseront également.
Avec une incidence sur les tarifs et/ou des mutuelles.
Meme si une partie seulement des ces tendances se confirme cela suffira pour
ralentir la croissance des dépenses ce qui d'ailleurs est un objectif
annoncé par le gouvernement(et le précédent)
amicalement tijl


 

Invité

Membre Expert
#18
"alexandre delaigue" <[email protected]> wrote in message news:<[email protected]> "loisillon" <[email protected]> a écrit dans le message de
> news:[email protected]> snip
>
> > Pour en revenir plus directement au sujet, je me demandais sur quoi on
> > pouvait créer des services à forte valeur ajoutée par emploi sans
> > industrie en relation.
>
> Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national? Pas
> évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite une
> activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de ce
> secteur se trouve dans les services.
>
> A.D.

La médecine a besoin d'une industrie pharmaceutique forte, par
exemple. Mais je pensais plus globalement au fait que c'est
l'industrie qui fait la productivité globale de l'économie. Comment
avoir encore une fois des emplois de services à haute valeur ajoutée
dans une économie peu productive ? A part des emplois publics de
notaires ou de hauts fonctionnaires. [:)]

 

Invité

Membre Expert
#19
"tijluilenspiegel" <[email protected]> a écrit dans le
message de news:[email protected]
> > > Est ce que le pouvoir d'achat de la clientèle, en grande partie des
gens
> > > âgés , suivra.? Dans le contexte actuel ça parait peu probable (quel
> > > euphémisme-)!amicalement tijl
> >
> > Pourquoi?
> Parce que les retraites tendront à baisser (avec des mesures déjà en
cours)
> et les remboursements Sécu des prestations baisseront également.
> Avec une incidence sur les tarifs et/ou des mutuelles.
> Meme si une partie seulement des ces tendances se confirme cela suffira
pour
> ralentir la croissance des dépenses ce qui d'ailleurs est un objectif
> annoncé par le gouvernement(et le précédent)

La question ne se pose pas en ces termes. Dans 25 ans le PIB par habitant
aura doublé. On va consommer quoi? Ben, des soins médicaux pour l'essentiel.
S'ils ne sont pas remboursés de façon mutuelle, ce seront des dépenses
individuelles. Vous connaissez le prix d'une injection de botox?

A.D.


 

Invité

Membre Expert
#20
"loisillon" <[email protected]> a écrit dans le message de
news:[email protected]> > Sans agriculture non plus, mais forcément sur le territoire national?
Pas
> > évident. Pensez au secteur médical. Certes la fabrication nécessite une
> > activité industrielle, mais l'essentiel du travail qualifié autour de ce
> > secteur se trouve dans les services.
> >
> > A.D.
>
> La médecine a besoin d'une industrie pharmaceutique forte, par
> exemple.

Oui mais cela veut dire quoi? Des usines à médicaments? Ou des laboratoires
de recherche?

> Mais je pensais plus globalement au fait que c'est
> l'industrie qui fait la productivité globale de l'économie. Comment
> avoir encore une fois des emplois de services à haute valeur ajoutée
> dans une économie peu productive ? A part des emplois publics de
> notaires ou de hauts fonctionnaires. [:)]

L'agriculture, encore une fois, est le secteur le plus productif... Il y a
150 ans, 90% de la population était dans l'agriculture et dans le textile.
Allez dire à un habitant à l'époque qu'aujourd'hui ces secteurs occupent 3%
de la population, il vous dira sans doute "ces secteurs font la productivité
globale de l'économie".

A.D.


 
Haut