LA MEILLEURE RETRAITE MADELIN ?

#81
BNC seulement 10 K€ devant soi et pas mal de rigidité avec uniquement de l'immo, je ne proposerai que de la souplesse.

Il manque pour un équilibre des liquidités.
Il faudrait absolument voir les conditions de prévoyance que vous avez car les TNS sont très très mal couverts.
Mme a peu de revenus donc si vous avez un pb de santé et mal couvert c'est la catastrophe.


Vous n'avez pour moi pas les moyens de supporter les difficultés de la défisc pour l'instant.
Pas de madelin car il devient "obligatoire et est indexé tous les ans"

Je fais simple tant que les enfants sont encore à charge : épargne mensuelle sur une AV.
On peut suspendre les versements, on peut piocher dedans si besoin et en cas de décès l'argent va au survivant et non aux enfants.

Pas convaincu que le détachement des enfants soit le mieux, il me semble que dans une TMI à 30%, les enfants sont mieux à charge à cause de la réduction IR pour enfant en étude supérieure. Ceci dit très peu travaillé ce cas cette année.


SCPI : si vous avez 10 000 €/an à épargner, y a plus malin qu'un achat cash car vous donnerez 45% des revenus au fisc alors que vous devez déjà être en excédent foncier.

Un TNS doit avoir un an de charge devant lui pour ne pas avoir de pb en cas de baisse d'activité sinon ce sont des années de galère.

Avez-vous renégocié vos prêts ?
pour la SCI, on a un peu plus de 11 000 revenus fonciers nets (brut environ 16 800), le capital restant du est d'environ 32 300 euros au 15/06/2015, la banquière m'a dit que j'étais en fin de prêt et que renégocier ne serait pas valable, plus beaucoup d'intérêts (il y a 3 prêts parce qu'on avait acheté sur plan et qu'il fallait débloquer des tranches, donc 1 prêt à 2,35 fini en 10/2018 (taux variable), un prêt à 1,5 fini en janvier 2020 (variable aussi), un pret à 4,9 fixe fini en juin 2019.

pour le prêt travaux on est à 3,9%, on pense rembourser une partie par anticipation. (mais ça réduirait encore les liquidités)

pour la prévoyance je suis à l'agipi, uniquement pour des IJ (en gros 4000 euros par mois à partir du 3ème jour en hospit et 15ème jour en maladie) + la carpimko au bout de 90 jours, invalidité permanente à 4000 euros par mois (agipi), j'ai aussi une simple assurance décès au profit de ma femme pour 200 000

quand vous dites qu'il y a plus malin qu'un achat cash de scpi, vous pensez au crédit ? (dans ce cas ça augmente mes revenus donc ma capacité de remboursement aussi ?

et oui pour le moment avec 2 enfants étudiants qui coûtent cher en loyers on ne sait trop comment faire (et si on achetait leurs appartements ? mais on aurait des frais pour un appart qui serait occupé encore que 5 ans)

mon activité est plutôt pérenne en terme de chiffres d'affaires pas trop de risque de perte de clientèle,
plutôt moi qui risque d'un peu moins travailler et de voir mon BNC aller vers 60 000/an plutôt que rester à 70k€ pendant encore 15 ans

merci pour vos reflexions
 
#82
les stratégies le splus simples ne sont pas les moins efficaces



oui mais à un petit détail prés ....la fiscalité....

ces revenus seront taxés suivant tonTMI ( 30) plus la CSG CRDS de 15.5% ( actuellement) soit au total 45.5% d'IR sur ces revenus .
donc ca donne 625 X 0.55= 343.75 € nets ( si la fiscalité n'évolue pas d'ici 10ans )


pour adoucir la fiscalité tu peux acheter ces parts à crédit ( déductibilité des interets d'emprunt )

mon expérience perso : je suis client du CM ( banque soeur du CIC ) en 2013 j'ai investi dans leur SCPI maison avec un à priori négatif .

au final ces SCPI m'ont rapporté 5.2% soit la meme rentabilité que les SCPi que j'ai achetées par le biais de mon CGPI préféré.

je suppose que celles du CIC sont les memes que celles du CM donc ....bon plan.
mais à la retraite je ne pense pas que je serai encore à 30% !
ma caisse de retraite me donnera royalement 1500 euros brut par mois (voire même en dessous)
et ma femme a un trou de 10 ans dans sa carrière (pour élever les enfants de leur naissance jusqu'au collège en gros) donc je pense qu'elle n'aura pas une grosse retraite (elle est salariée d'une PME)

j'ai évoqué les scpi avec la banquière mais elle ne semblait pas vouloir m'expliquer et revenait sans cesse sur son contrat pilotage profession libérales (ou un truc comme ça, elle a débité tellement de trucs qu'elle m'a donné l'impression de noyer le poisson avec son Madelin)
 

dalli

Membre Expert
#83
Rapide

Revoir AGIPI pb en cas d'invalidité
Impôt : le Dr parle de l'IR de maintenant !!!!
Il se rajoute aux revenus fonciers actuels qu'il faudrait défiscaliser mais avec plus de moyens que ce que vous pouvez y consacrer maintenant.
 
#84
Rapide

Revoir AGIPI pb en cas d'invalidité
Impôt : le Dr parle de l'IR de maintenant !!!!
Il se rajoute aux revenus fonciers actuels qu'il faudrait défiscaliser mais avec plus de moyens que ce que vous pouvez y consacrer maintenant.
merci pour vos réponses et le temps que vous y consacrez,

pour l'agipi, je suis assuré en cas d'invalidité (c'est dans le contrat) pour un montant d'environ 4000 euros mensuels, ensuite la carpimko prend le relais si elle est permanente (dans les 4500 euros par trimestre, + quelques majorations si tierce personne voire enfants ou conjoint à charge), mais ce n'est pas trop ça qui m'inquiète, je ne veux pas me surassurer non plus

je ne comprends pas très bien votre phrase : "revenus fonciers actuels qu'il faudrait défiscaliser mais avec plus de moyens que ce que vous pouvez y consacrer maintenant."
il faudrait faire quoi alors ? quels moyens mettre ? et où ? ou bien comment ? (je comprends rien !)
je veux commencer à épargner mais ça part dans tous les sens, j'ai l'impression (entre ma banque, et moi qui essaie de comprendre où je dois épargner sans me faire assassiner ! ) je vais continuer rembourser mes prêts et continuer à mettre sur mon livret A mais ça ne rapporte plus rien et je me doute bien que ce n'est pas ça qui me payera ma retraite (le livret A !)

sinon vous parlez d'assurance vie pas à la banque ?
 
#85
il faudrait faire quoi alors ? quels moyens mettre ? et où ? ou bien comment ? (je comprends rien !)
pour moi ton idée de SCPI est valable à condition de le faire à crédit . ( petite astuce puisque tu as déjà des revenus fonciers , il serait intéressant d'étudier l'option d'un crédit in fine avec nantissement des quelques liquidités sur une AV ....enfin c'que j'en dis ....dali va surement trouver que c'est n'importe quoi mais bon c'est pas grave , puisque ces stratégies je les ai moi meme testées et utilisées avec une réussite que je qualifie de très correcte ...:cool:)



donc SCPI à crédit avec un crédit in fine ...

et si l'IR augmente il sera toujours temps de regarder du cote des défisc one shot ......
 

xa

Membre Expert
#86
"mon expérience perso : je suis client du CM ( banque soeur du CIC ) en 2013 j'ai investi dans leur SCPI maison avec un à priori négatif ."

Il n'y a pas de raisons d'avoir un a priori négatif. Au risque de surprendre, on trouve de bons produits issus des banques (et des mauvais aussi). Il faut avant tout se fier aux bilans de ces produits, pour savoir s'ils sont intéressant ou non.

C'est surtout au niveau du conseil et des explications que ca pêche beaucoup au niveau bancaire : les "conseillers" ne sont souvent que des conseillers clientèles à qui on a "fourni" un argumentaire de vente standardisé, et qui n'ont pas les connaissances nécesasires pour étudier réellement un dossier spécifique.

Par exemple, si la question porte sur la retraite, parle-t-on de la retraite de Monsieur ou de Madame ? Suivant si on part sur une solution de type Perp / perco / SCPI / AV, quel sera l'impact du régime matrimonial sur des hypothèses telles qu'un divorce ou un décès ? Ce sont des points qu'un conseiller en patrimoine doit inclure dans la réflexion. Je doute que la banquière de Naïf ait seulement demandé le régime matrimonial de son client.
 

xa

Membre Expert
#87
Dr

Dans votre stratégie, selon que l'objectif est de maintenir les revenus de Naif ou de son épouse, sachant qu'ils sont en séparation de biens, quels sont les points à vérifier et comment adapter vous votre stratégie pour les prendre en compte ?
 

dalli

Membre Expert
#88
Non Dr ce serait bon sauf qu'il dit qu'il n'a pas de moyens actuellement et seulement 10 K€ devant lui.
Il dit aussi qu'il veut des revenus dès maintenant et en même temps qu'il veut épargner pour sa retraite.


Effectivement il n'y a plus rien de cohérent.

Voulez vous épargner mensuellement ?
Oui ?
Combien ?

Y a t'il autre chose que le LA ?
Oui quoi et combien ?


Nous voyons les failles de votre patrimoine mais pas de moyens pour vous faire avancer.



Prévoyance : lumbago, vous ne pouvez travailler, ce pb n'est de mémoire pas reconnu par AGIPI (mais à vérifier), vous recevriez : Rien pendant plusieurs mois.
Comment payez vous vos charges et vivez vous ?

C'est une maladie reconnue : vous êtes couvert pour 4 000 €/m, cela ne veut pas dire que c'est le montant que vous percevriez !!!
C'est juste un maximum si vous êtes totalement immobilisé (2 bras, 2 jambes cassés par ex)

En cas de décès, elle reçoit quoi pour vivre votre femme ?
Qui paye les études des enfants ?
 
#89
Dr

Dans votre stratégie, selon que l'objectif est de maintenir les revenus de Naif ou de son épouse, sachant qu'ils sont en séparation de biens, quels sont les points à vérifier et comment adapter vous votre stratégie pour les prendre en compte ?
à mon avis , mais je ne suis pas notaire , il faudrait qu'ils achètent les SCPI en communauté .( ou alors en démembrement style : nue propriété pour MR et usufruit pour madame sur 50% des SCPI et inversement sur les 50autres % )

et s'ils veulent avoir une protection maximale du conjoint de toutes façons la meilleure solution est un changement de régime matrimonial vers la communauté universelle avec clause d'attribution de la communauté au conjoint survivant .

la séparation de biens n'a plus grand intérêt étant donné que MR , travailleur indépendant , arrive à la fin de son activité qui de toutes manières est pérenne.


c'est bon j'ai mon diplome là ? ;)
 

dalli

Membre Expert
#90
Direction rattrapage Dr !!!


Vous conseillez une donation déguisée ici.

Y a aucune communauté entre époux séparés de biens.

48 ans, c'est encore loin de la fin de carrière, donc il doit imaginer une invalidité actuelle pour lui et sa famille car c'est primordial pour moi. Sa famille serait dans la m.... (lui aussi du reste)



CU avec attribution intégrale : oui si on veut plus que doubler les droits de succession des enfants.

Là encore y a bien mieux à faire mais ce n'est pas encore le sujet et trop tôt à moins de 50 ans.
 
#91
Non Dr ce serait bon sauf qu'il dit qu'il n'a pas de moyens actuellement et seulement 10 K€ devant lui.
Il dit aussi qu'il veut des revenus dès maintenant et en même temps qu'il veut épargner pour sa retraite.


Effectivement il n'y a plus rien de cohérent.

Voulez vous épargner mensuellement ?
Oui ?
Combien ?

Y a t'il autre chose que le LA ?
Oui quoi et combien ?


Nous voyons les failles de votre patrimoine mais pas de moyens pour vous faire avancer.



En cas de décès, elle reçoit quoi pour vivre votre femme ?
Qui paye les études des enfants ?

alors pour répondre à vos questions :

je peux épargner mensuellement dans les 4 à 500 euros sans trop de difficulté ni changer notre train de vie
ce n'est pas une obligation pour moi d'avoir des revenus immédiats mais s'ils arrivent dès maintenant pourquoi pas, de toute façon au final que ce soit des revenus immédiats ou futurs ça sera pour la retraite (si j'ai bien compris par rapport aux scpi),
je n'ai pas d'assurance vie,
des liquidités en compte courant (environ 2 mois de revenus)
un cel avec 300 euros
la sci qui a deux mois de mensualités d'avance
les livrets des enfants (livret jeune plein, et un peu sur livret A) mais ça reste à eux

en cas de décès ma femme reçoit 200 000 d'assurance et on a fait une donation au dernier vivant. + capital de la carpimko (26 640) + rente 2220 euros par trimestre (en + de son salaire)
pour les études des enfants, la carpimko verse un petit capital (8880) + une rente trimestrielle de 1660 euros par enfant
ça permet de tenir quelques temps (voire de finir les études)
Ensuite ma femme a la chance d'avoir un père (veuf) qui a une bonne retraite (5000 euros), peu dépensier et qui vit avec une veuve également très autonome financièrement (ex institutrice avec 2750 euros de retraite et à l'iSF, peu dépensière) et qui, je le sais, saura l'aider financièrement ;)
sinon, je suis en bonne santé ;)
et je pense aussi que le pire n'est jamais certain

merci en tous cas pour vos réflexions, très intéressantes

ça a déjà le mérite de me faire faire le point si le pire arrivait !
ensuite de me faire réfléchir
parce que ma banque ne m'a jamais posé les questions que vous m'avez posées !
 
Dernière édition:

xa

Membre Expert
#92
"il faudrait qu'ils achètent les SCPI en communauté"

Ce qui impliquerait le changement de régime. Ce qui a un coût (directement lié au patrimoine existant), des impacts à évaluer tant sur le patrimoine actuel que sur les stratégies mises en place. Par exemple, sur une AV préexistante pour laquelle il deviendrait nécessaire de tracer les versements de deniers communautaires impactant la première succession.

"régime matrimonial vers la communauté universelle avec clause d'attribution de la communauté au conjoint survivant"

Ce n'est pas nécessairement a meilleure solution. Ca ne protège pas nécessairement mieux le survivant qu'une autre solution, et ca limite gravement les questions de successions (perte d'abattement pour les héritiers, impact sur les questions de donation)

"la séparation de biens n'a plus grand intérêt étant donné"

Reprenez votre exemple de démembrement croisé : il n'est possible qu'en séparation. Le régime séparatiste permet pas mal d'optimisation de succession, de gestion patrimoniale dynastique et de prévisions d'évolution du couple. Même si les autres régimes ont d'autres intérêts, comme je l'ai demandé à Dalli il y a 2 ans il me semble : pourquoi est-ce donc le régime le plus courant sur les très hauts revenus ?


"c'est bon j'ai mon diplome là ?"

A mon sens non, vous avez décidez que la communauté universelle était la meilleure solution sans avoir les dixième des éléments pour l'anticiper réellement. Perso, je ne crois pas avoir croisé un cas pour lequel on ne puisse pas protéger au moins autant le survivant financièrement et civilement tout en gardant plus de latitude pour les héritiers suivants.

Argh. Je me relis et je vois que Dalli est passée par là :)



Pour Naif : si je reconsitue vos revenus, vous avez 95k annuels. Si j'enlève votre imposition, vos enfants, vos crédits, il vous reste dans les 45 / 48k pour vivre, il me semble. J'admets que vivre tel un ascète n'est pas un désir commun, mais il me semble que même en considérant un certain niveau de vie, il ne doit pas être foncièrement impossible de dégager une épargne régulière ...

Après, c'est une question de priorité, il me semble : soit épargner aujourd'hui, ce qui peut impliquer de revoir à la marge votre structure classique de dépense, soit maintenir un niveau de vie plus agréable aujourd'hui, mais limiter vos capacités d'investissement.
 
#93
"il faudrait qu'ils achètent les SCPI en communauté"

Ce qui impliquerait le changement de régime. Ce qui a un coût (directement lié au patrimoine existant), des impacts à évaluer tant sur le patrimoine actuel que sur les stratégies mises en place. Par exemple, sur une AV préexistante pour laquelle il deviendrait nécessaire de tracer les versements de deniers communautaires impactant la première succession.

"régime matrimonial vers la communauté universelle avec clause d'attribution de la communauté au conjoint survivant"

Ce n'est pas nécessairement a meilleure solution. Ca ne protège pas nécessairement mieux le survivant qu'une autre solution, et ca limite gravement les questions de successions (perte d'abattement pour les héritiers, impact sur les questions de donation)

"la séparation de biens n'a plus grand intérêt étant donné"

Reprenez votre exemple de démembrement croisé : il n'est possible qu'en séparation. Le régime séparatiste permet pas mal d'optimisation de succession, de gestion patrimoniale dynastique et de prévisions d'évolution du couple. Même si les autres régimes ont d'autres intérêts, comme je l'ai demandé à Dalli il y a 2 ans il me semble : pourquoi est-ce donc le régime le plus courant sur les très hauts revenus ?


"c'est bon j'ai mon diplome là ?"

A mon sens non, vous avez décidez que la communauté universelle était la meilleure solution sans avoir les dixième des éléments pour l'anticiper réellement. Perso, je ne crois pas avoir croisé un cas pour lequel on ne puisse pas protéger au moins autant le survivant financièrement et civilement tout en gardant plus de latitude pour les héritiers suivants.

Argh. Je me relis et je vois que Dalli est passée par là :)



Pour Naif : si je reconsitue vos revenus, vous avez 95k annuels. Si j'enlève votre imposition, vos enfants, vos crédits, il vous reste dans les 45 / 48k pour vivre, il me semble. J'admets que vivre tel un ascète n'est pas un désir commun, mais il me semble que même en considérant un certain niveau de vie, il ne doit pas être foncièrement impossible de dégager une épargne régulière ...

Après, c'est une question de priorité, il me semble : soit épargner aujourd'hui, ce qui peut impliquer de revoir à la marge votre structure classique de dépense, soit maintenir un niveau de vie plus agréable aujourd'hui, mais limiter vos capacités d'investissement.
merci xa pour vos remarques (je suis +++ d'accord avec vous pour la fin de votre message) (et rien compris pour la première partie, faudrait voir un notaire ?)

j'avais aussi répondu avant vous, (voir mon message avant le vôtre) je peux sans souci épargner mensuellement quelques centaines d'euros sans vraiment toucher à notre train de vie
 

dalli

Membre Expert
#94
Merci pour le compliment.

Le décès est moins grave qu'une invalidité d'une année par ex car ça bousillerait le peu de liquidité que vous avez sans déclencher les prestation.

Ex lumbago : si AGIPI dit que c'est une invalidité de 20% (ce serait en réalité 100% dans votre métier mais cette cie ne s'en occupe pas. Regardez le contrat il est mentionné un barème pro + barème vie courante). Donc avec 20% d'invalidité, on ne déclenche pas la rente car il doit falloir 66% dans ce contrat. (je parle de mémoire, donc il faudrait vérifier).
SI vous ne recevez aucun revenu pendant 1 an, que se passe t'il ?


Perso, je ne vous conseille pas un nouveau crédit (et ne remboursez pas ceux actuels) mais souplesse.
AV pour 500 €/m.
Dans 2/3 ans, on peut s'en servir pour un montage SCPI du type de celui dont j'ai parlé.
Faut juste pas mettre la charrue avant les bœufs.
 
#95
je suis également CARPIMKO.

as tu pensé a éventuellement racheter des trimestres de début de carrière ( exonération possible ) ou d'etude ?

c'e'st un peu cher mais sur une année ca permet de défiscaliser pas mal tout en permettant d'éventuellement partir à un age pas trop avancé.

cdt.
 

dalli

Membre Expert
#96
Non pas de notaire encore mais il conviendrait d'y penser à un moment.

Aujourd'hui la DDV (donation dernier vivant vous suffit)
 

dalli

Membre Expert
#97
Non non pas de rachat de trim !!!


Mettre de l'argent dans un système en faillite c'est vraiment se tirer une balle dans le portefeuille !!!

Eventuellement s'il avait 62 ans.
 
#98
je suis également CARPIMKO.

as tu pensé a éventuellement racheter des trimestres de début de carrière ( exonération possible ) ou d'etude ?

c'e'st un peu cher mais sur une année ca permet de défiscaliser pas mal tout en permettant d'éventuellement partir à un age pas trop avancé.

cdt.
on peut acheter des trimestres ? ça sert à quoi ? ça augmente la retraite ?
 
#99
Merci pour le compliment.

Le décès est moins grave qu'une invalidité d'une année par ex car ça bousillerait le peu de liquidité que vous avez sans déclencher les prestation.

Ex lumbago : si AGIPI dit que c'est une invalidité de 20% (ce serait en réalité 100% dans votre métier mais cette cie ne s'en occupe pas. Regardez le contrat il est mentionné un barème pro + barème vie courante). Donc avec 20% d'invalidité, on ne déclenche pas la rente car il doit falloir 66% dans ce contrat. (je parle de mémoire, donc il faudrait vérifier).
SI vous ne recevez aucun revenu pendant 1 an, que se passe t'il ?


Perso, je ne vous conseille pas un nouveau crédit (et ne remboursez pas ceux actuels) mais souplesse.
AV pour 500 €/m.
Dans 2/3 ans, on peut s'en servir pour un montage SCPI du type de celui dont j'ai parlé.
Faut juste pas mettre la charrue avant les bœufs.
on aurait l'assurance des prêts qui rembourserait (sci et travaux)
ensuite pour le reste de l'invalidité je ne sais pas

pour la souplesse je suis d'accord avec vous ça aurait ma préférence, l'assurance vie ça nous conviendrait +, en effet,
faut creuser ça

mais vous aviez dit, pas à la banque ? pourquoi ? et où alors ?
 

xa

Membre Expert
"merci xa pour vos remarques (je suis +++ d'accord avec vous pour la fin de votre message) (et rien compris pour la première partie, faudrait voir un notaire ?)"

Un notaire n'est pas nécessairement compétent dans tous les sujets qui vous préoccupe. si les questions de régime civil et de succession sont leur domaine de base, la question du développement d'un patrimoine n'est pas leur spécialité réelle. Ca ne veut pas dire qu'ils sont incompétents, mais qu'ils ne le sont pas de facto. J'ai un oncle médecin, mais pas généraliste. Ca ne signifie pas qu'il est ignare en médecine générale, mais qu'il est probablement plus compétent sur sa spécialité pure.

En l'occurence, si la solution de drhouse s'avérait êter applicable pour vous (selon vos objectifs, vos anticipations, les sécurités que vous voulez mettre en place), un passage par la case notaire serait nécessaire.

Le début de ma réponse ne concernait que drhouse : les propositions qu'il fait ne sont pas fondamentalement mauvaises, c'est juste qu'il manque une tonne d'éléments permettant de dire si ca peut convenir à votre cas.

Peut être, je dis bien peut être, qu'une modification de régime pourrait être intéressant à terme pour vous. Et comme cela a des impacts, ca ouvre de facto toute une série de questions, sur ces impacts, qu'il faudrait mettre en rapport avec vos objectifs et les risques que vous acceptez.

On ne peut donc pas dire "c'est la meilleure solution", puisqu'on n'a pas confronté les objectifs que vous avez donné au départ avec les impacts, ce qui peut induire de nouveaux objectifs.

Ex : vous pensez retraite, on propose une solution sécurisant les revenus de votre conjoint dans tous les cas, mais qui induit un risque en cas de divorce et des coûts en terme de succession. En conséquence, vous incluez un nouveau paramètre dans vos objectifs : combien laisser à ses enfants ? Quid en cas de divorce au moment de la prise de retraite (cas plus fréquent qu'on ne le croit)

Après, c'est une question de sensibilité. Certains, et Drhouse me donne cette impression, considère la gestion autour d'eux-mêmes et envisage d'inclure leur conjoint, mais considèrent que leurs enfants doivent se débrouiller eux mêmes. D'autres vont venir chercher une solution que je qualifierais de dynastique : comment pérenniser dans la durée le patrimoine familial. Ce sont deux visions opposées. Je ne juge ni l'une ni l'autre, mais elles impliquent des choix et donc des solutions différentes.
 
Haut