Des nouvelles d'Aristophil

Bonjour XA ! Je pense comme vous !Une vente après les fêtes, ils diront : non, ce n'est pas le bon moment non plus !!! etc. etc.On souhaite retarder au maximum le "dénouement" de cette affaire.
 
Ça fait 3 ans qu on attend, le dénouement va se faire sur minimum 6 ans...
Moi je ne suis pas à trois mois près si on peut confier la vente à des pros...
 

xa

Membre Expert
Les seuls qui montent au feu ?

Une manière de voir les choses. Les autres associations étaient là pour désigner le collège d'experts, elles ont présenté leurs arguments en faveur de la vente, elles ont participés au choix à toutes les étapes. Certaines étaient aussi là, bien avant CParti, pour porter l'affaire au pénal avec constitution de partie civile (rappelez vous, certaines proposaient cette voie avant même la faillite réelle d'A.), ainsi que dans les procédures civiles.

Peut être qu'elles communiquent un peu moins, ou plutôt qu'elles n'ont pas de relai ici pour poster leurs différents communiqués ...



"On souhaite retarder au maximum le "dénouement" de cette affaire."

3 "clans" dans cette histoire :
- ceux qui veulent retarder ou empecher les ventes, ou les faire en gré à gré, donc plutôt sous le manteau, le tout pour maintenir l'illusion de la valeur.
- ceux qui veulent au contraire forcer à tout prix,pour diverses raisons
- ceux qui veulent juste récupérer le plus possible sans se faire d'illusion sur la valeur réelle des oeuvres.

Les administrateurs sont dans le clan 2 : leur intérêt c'est de maximiser le rapport argent / temps. Leur travail n'est pas de laisser trainer cette histoire 20 ans pour maximiser la valeur des biens. Leur travail c'est de solder au mieux et au plus vite les dettes, y compris en contestant vos créances (qui sont de fait des dettes vu du côté Aristophil).

Cparti ... je pense plutôt au clan 1.
 
Je vous invite à rentrer en contact directement avec cparti. lorsque vous aurez échanger avec eux je pense que vous aurez un regard un peu plus objectif .
il me semble que le président de cette ASOS à lui aussi investi une bonne partie de son patrimoine chez aristophil ainsi que sa famille, et que comme nous autres, sa priorité et que les ventes s'organisent dans le respect du protocole et la transparence.
si cette vente est autorisée tant mieux pour ceux qui le souhaitent vivement. de mon côté j'ai vraiment envie que les 300 autres ventes s'organisent d'une manière plus transparente et que nos collections soit mises en valeur au moins deux à trois mois avant chaque vente.
comment imaginer ceder sur plusieurs années la plus grande collection de lettres et manuscrits au monde sans que des maisons de vente dignes de ce nom participent à cette organisation et puissent diffuser les catalogues à l'international ?
 
Bonjour
KARL...vous êtes toujours aussi obtu....même plus désolé ! !!!!vous savez qui est à la tête de CPARTI...? ? ? ? ? Réfléchissez. ...vous aurez compris!!!! Mais c'est sûr. ..une oeuvre estimée à 100.000 euros ne peut pas être vendue à 1.000.000 euros!!!!! Même si elle a été vendue plusieurs fois à des clients D'ARISTOPHIL. ..je ne sais pas si vous avez encore tout compris ! !!..vous me rendez TRISTE....bonne réflexion
 

Aristo53

Membre Junior
On peut aussi penser que les investissements privés faits par les responsables de cparti se reflètent dans l'action de l'association. Ils manquent clairement de recul. Comme expliqué plus haut, cparti a relevé des manquements auquel le collège a répondu. Mécontent cparti saisit à tout va (TGI, administrateur, collège des ventes) mais perd à chaque fois. ça en devient triste.
Quant à leur communiqué.... "CPARTI a reçu récemment une note relative à cette vente qui est déjà surnommée « la grande braderie » dans le milieu des arts.
En voici le contenu:
« De la manière de foirer une vente dans les grandes largeurs."

Une note de qui?
Grande braderie par qui?
Bref, je préfère me renseigner ici: http://opdia.org/communique-du-1er-decembre-2017-point-general-et-contestation-des-creances/
Bonne semaine à tous,
 
Attention OPDIA n est peu etre pas très clair non plus, car au tout debut du scandale les responsables des commerciaux Aristo invitaient les clients à rejoindre le mouvemet OPDIA.
Je trouve que OPDIA s essoufle depuis plusieurs : beaucoup moins de com et des clients n ont plus de reponses a leurs questions.
 

xa

Membre Expert
"il me semble que le président de cette ASOS à lui aussi investi une bonne partie de son patrimoine chez aristophil"

Il me semble surtout qu'Alain Poncet était avant tout un conseiller financier pourvoyeur de solutions d'investissements Aristophil. Vous persistez à ne présenter qu'une moitié de l'équation : il est aussi potentiellement l'une des personnes qui devra répondre de cette tromperie si elle est déclarée comme telle.

Reprenez le fil au début : dès le départ, j'ai annoncé qu'il faudrait séparer les purs investisseurs des conseillers, pour éviter tout problème de mélange des genres.

Pour le reste, qu'il ait investi 5, 10 ou 100% de son patrimoine, en tant que conseiller financier, il était à même d'analyser le produit et de comprendre toutes les étapes. S'il s'est ruiné, il ne peut s'en prendre qu'à lui même, puisque c'était SON TRAVAIL de comprendre le produit et de le proposer en présentant les avantages, les inconvénients, les risques, etc ... Seriez vous en train de nous expliquer que, justement, c'était un mauvais conseiller, qui n'a pas compris le produit mais l'a tout de même vendu ?
 
J ai bien plus confiance en un conseiller qui a lui même investi sur cette solution qu en un conseiller qui viendrait me proposer un placement sur lequel il serait incapable de mettre 1€!
Je crois que vous êtes vous même conseil et donc j imagine que vous faites exactement pour les autres ce que vous faites pour vous.
Si c est le cas, vous êtes un bon conseiller😉
 
question sur le courrier

simvir est déconnecté
Bonjour à toutes et tous,

Je viens de rejoindre la discussion et après lecture des postes sur la contestation de créance, je suis toujours perdue...
Je ne sais pas si je dois contester ou pas, je suis indivisaire pour les Coralys

Je ne fais pas partie d'aucune asso et je n'ai pas d'avocat non plus, j'ai investi 9 000 euros, vous me direz ce n'est pas grand chose mais bon pour moi c'est tout de même de l'argent. Malheureusement je ne peux pas me payer un avocat.

Je suis preneuse de vos conseils... merci d'avance et très belle journée à toutes et tous
:confused::confused:
 
une personne a posté ce message
je suis dans le meme cas comme je pense des centaines d'autres personnes, j'ai recu aussi ce courrier, avec des mots que je ne comprend meme pas, comme des centaines d'autres personnes
alors si au moins une personne peut aiguiller, ce serai assez cool
j'ai moi meme investi 63000€
 

xa

Membre Expert
J ai bien plus confiance en un conseiller qui a lui même investi sur cette solution qu en un conseiller qui viendrait me proposer un placement sur lequel il serait incapable de mettre 1€!
Je crois que vous êtes vous même conseil et donc j imagine que vous faites exactement pour les autres ce que vous faites pour vous.
Si c est le cas, vous êtes un bon conseiller
Je ne suis pas conseiller en patrimoine, au sens où vous l'entendez. Mais je suis relativement d'accord avec votre analyse.

J'ai eu à faire avec ce produit, et je n'ai pas compris en quoi le discours du représentant collait avec les documents juridiques que je lisais. Je n'ai pas compris ce qui permettait à mon interlocuteur de m'annoncer des 8% de rendement annuel garantis, sans rien pour étayer son discours sinon les performances passées ou l'évolution du cours du blé dur (pour comprendre la référence, voir votre propre discours sur l'évolution de la masse globale d'un marché pour justifier l'évolution théorique de la valeur d'un produit spécifique sur ce marché)

Je n'ai donc pas souscrit, malgré une insistance certaine, et j'ai déconseillé à mes amis de souscrire à ce produit. Ceux qui ne m'ont pas écouté s'en mordent les doigts, mais ca ne sera pas faute d'avoir signalé des incohérences dans la présentation du produit.

Je fais de même avec tous les produits qui me sont présentés et qui ne me paraissent pas refléter la réalité. Si vous cherchez un peu sur ce forum, vous verrez que je ne suis pas plus complaisant avec Fairvesta (autre solution miracle à 8% annuel), avec les conseillers qui osent venir me présenter des défiscalisations immobilières, dans mon secteur de vie, avec des loyers complètement farfelus par rapport au marché classique, les plans Girardin en photovoltaique à Tombouctou ou tout comme dont on n'a jamais vu le début du carton d'emballage des panneaux photovoltaiques, les placements par réseautage, les placements type Tontine "survendus" avec des arguments et des chiffres qu'on pourrait qualifiés de truqués tant ils sont non pertinents, etc, etc, etc, etc



Dit plusieurs fois ici : un bon conseiller doit avant tout savoir vous vendre les défauts d'un placement. S'il vous présente un produit sans défaut, c'est que c'est un vulgaire vendeur, et non un conseiller. J'avais un professeur qui répétait à l'envie une citation de Frank Herbert (auteur de Dune, pour ceux que ca intéresse, ce qui est plutôt amusant en études financières comme auteur "de référence") : Montrez-moi un secteur où tout fonctionne à merveille et je vous montrerai quelqu'un qui cherche à couvrir des bavures. Les vrais navires tanguent.

Aucun placement n'est parfait. Ils ont tous, absolument tous, des défauts, et le role du conseiller c'est de trouver le placement qui convient à votre vie, vos objectifs, et dont les défauts sont acceptables ou compensés par d'autres produits.




Sur le conseiller qui devrait inverstir dans son produit, cela s'appelle l'association ou la cogestion, et c'est une pratique dans certains pays de gestion de patrimoine. (comme la Suisse par exemple). L'avantage, c'est que le conseiller "met ses c..... sur la table" : si vous êtes ruinés, il le sera tout autant. Dans d'autres pays, on trouve deux autres principes que j'apprécie :

- la rémunération par le conseillé, et non par le commercialisateur. Ici, le conseiller est réellement votre assistant, c'est vous qui rémunérer sa prestation en direct, selon votre estimation de son travail, et non l'entreprise qui "fabrique" le produit. Le conseiller devient un "chasseur de produit" selon vos critères, et non un commercial selon les critères des maisons proposant des produits financiers. Pour prendre l'exemple de l'immo, il ne cherche pas le pigeon qui achètera tel appart, mais l'appart qui convient au demande de son client.

- la rémunération au prorata de l'efficacité du placement. C'est un mode de rémunération plus rare, pratiqué, à titre d'exemple, par un gestionnaire de fonds que vous connaissez au moins de nom : Warren Buffet, 3ème ou 4ème fortune mondiale ! Il a commencé ainsi, en prenant un pourcentage du rendement de sa gestion lorsque ce rendement excédait un niveau minimal contractuel avec ses clients.

Je doute que vous trouviez ces modes de rémunération en France en dehors des family offices ou des holdings de gestion de certaines grandes fortunes. En tout cas, je ne connais pas de conseiller qui pratique ces modes de rémunération en France, même si certains ont vanté les mérites de ces systèmes de rémunération .... au mérite, en quelque sorte.


Je vous laisse imaginer comment nous fonctionnons dans mon pays d'activité.
 

xa

Membre Expert
En complément, parce que je m'apercois que j'ai omis un défaut du principe de cogestion : le conseiller étant directement impliqué financièrement dans la gestion, il devient un partenaire dans vos placements, prenant les mêmes risques, ce qui est un avantage.

Mais comme je l'ai dit aussi, aucun système n'est parfait, ils ont tous des défauts : le conseiller devient aussi "votre gimini criquet", il devient un boulet qui vous limite dans vos initiatives, comme un banquier qui refuse de financer une opération pourtant intéressante ... Le risque étant copartagé, le conseiller pourra, dans une situation de cogestion, refuser un investissement qui vous conviendrait ...

En ce sens, il vous limite aussi dans vos choix. Il vous faut alors le convaincre ... ou changer de conseillers.

Comme le disait mon prof : les navires tanguent.
 
simvir est déconnecté
Bonjour à toutes et tous,

Je viens de rejoindre la discussion et après lecture des postes sur la contestation de créance, je suis toujours perdue...
Je ne sais pas si je dois contester ou pas, je suis indivisaire pour les Coralys

Je ne fais pas partie d'aucune asso et je n'ai pas d'avocat non plus, j'ai investi 9 000 euros, vous me direz ce n'est pas grand chose mais bon pour moi c'est tout de même de l'argent. Malheureusement je ne peux pas me payer un avocat.

Je suis preneuse de vos conseils... merci d'avance et très belle journée à toutes et tous
 
simvir est déconnecté
Bonjour à toutes et tous,

Je viens de rejoindre la discussion et après lecture des postes sur la contestation de créance, je suis toujours perdue...
Je ne sais pas si je dois contester ou pas, je suis indivisaire pour les Coralys
Je ne fais pas partie d'aucune asso et je n'ai pas d'avocat non plus, j'ai investi 9 000 euros, vous me direz ce n'est pas grand chose mais bon pour moi c'est tout de même de l'argent. Malheureusement je ne peux pas me payer un avocat.

Je suis preneuse de vos conseils... merci d'avance et très belle journée à toutes et tous
http://c-parti.org/wp-content/uploads/2017/11/LettreContestationLiquidateur-CPARTI-1.docx
 
Haut