Des nouvelles d'Aristophil

M

Membre50403

Guest
Bonjour
Si quelqu’un à réussi à avoir des nouvelles de LV je suis preneur car malgré mon adhésion c’est silence radio, merci
Bonjour Biton, je dirais que, en règle générale, il ne faut pas attendre que l'on nous apporte des réponses. Il faut aller les chercher. Si votre avocat ne vous communique pas d'éléments, ce que je trouve pour le moins surprenant, il faut "l'arroser" de mails courtois mais fermes et de coups de fils !!! Vous le rémunérez pour un service, il vous doit des comptes sur son travail. Il ne faut pas se laisser faire !!
Bon courage et bien cordialement !
 
M

Membre50403

Guest
Appel du jour au cabinet Hotte où j'ai été très bien reçue.
Je m'inquiétais à propos de mon contrat passerelle. VERIFIEZ QUE VOUS LES AVEZ BIEN ENREGISTRES SUR LE SITE jbci.fr
N'hésitez pas à faire un mail ou à téléphoner pour vous en assurer. Dans mon cas, le contrat Passerelle n'était pas dans le même dossier que l'indivis Proust... Sûrement une erreur de ma part au moment de la saisie.
Il faut savoir que certains de ces contrats ont été signés APRES la mise en liquidation d'Aristophil (10 mars 2015) sur une courte durée, le temps que l'information soit connue.
On ne sait absolument pas ce qu'il va advenir de ces contrats ... ni au nombre de combien ils sont.
Par ailleurs, le fruit des ventes Passerelle ne sera restitué que dans plusieurs années (!) compte tenu de la complexité de ce dossier liée à l'identification des acheteurs de ces mêmes contrats.
Les Proust seront peut être tous vendus dans le courant de l'année prochaine. Pas de paiement tant que tout n'est pas soldé.
Ne comptons donc pas sur des rentrées d'argent rapides !
 
Dernière édition par un modérateur:
Affaire Aristophil : ils avaient cédé aux sirènes de l’investissement dans des manuscrits anciens, les voilà enfin en passe de récupérer une partie de leur mise
Publié le 2.07.2019 à 15h30 • Mis à jour le 2.07.2019 à 15h37
Un courtier vient d’être condamné en première instance à indemniser cinq plaignants dans l’affaire Aristophil, société ayant lésée 18 000 épargnants dans la vente de manuscrits anciens.
PAR AUDREY SPY
Créée en 2003 par Gérard Lhéritier, Aristophil, proposait d’investir dans des manuscrits ou des livres anciens en promettant un rendement annuel de 8 %,
Partager

Près de quatre ans après sa liquidation judiciaire, Aristophil fait encore parler d’elle. Cette société, créée en 2003 par Gérard Lhéritier qui proposait d’investir dans des manuscrits ou des livres anciens en promettant un rendement annuel de 8 %, a depuis fait l’objet de nombreuses procédures judiciaires. Mais jusqu’à présent les 18 000 épargnants lésés dans cette affaire n’ont jamais obtenu gain de cause auprès des tribunaux, notamment à l’encontre des intermédiaires, courtiers et conseillers en gestion de patrimoine, qui leur ont vendu ce placement. Les actions individuelles menées par certains investisseurs n’ayant jamais abouties favorablement, faute souvent de preuves concrètes et de demande de remboursement jugée excessive.
Une première condamnation pécuniaire
Mais cette série de déconvenues vient de s’arrêter. Le Tribunal de Grande Instance de Privas (dans l’Ardèche) a condamné,début mai, en première instance le courtier Crussol et son assureur CNA Insurance Company Limited à dédommager cinq plaignants à hauteur de 750 000 euros. Ces derniers, réunis au sein d’une action de groupe, ont réussi à obtenir le remboursement de 65% des sommes investies au motif de manquement au devoir de conseil et à l’obligation d’information du courtier. « Nous avons collecté des preuves multiples, comme des simulations de placements et des fiches déontologiques, établissant selon nous la faute du courtier. De plus, dans le calcul des prétentions financières des plaignants, nous avons pris en compte les résultats des ventes aux enchères en cours des manuscrits Aristophil oscillant entre 10% et 20% de la valeur estimée et défendue par Gérard Lhéritier et ses vendeurs-courtiers », explique maître Dimitri Pincent de Pincent Avocats, cabinet recommandé par l’association de défense des épargnants Adilema qui représente au niveau national les investisseurs lésés d’Aristophil propriétaires d’œuvres manuscrites achetées en indivision (produits Coralys) ou en plein propriété (produits Amadeus).
Un appel et de nouveaux procès en cours
Malheureusement, le courtier et son assureur ont, récemment, fait appel de cette condamnation. Les cinq plaignants devront donc attendre le prochain jugement, qui interviendra au mieux d’ici un an, pour se voir confirmer ou pas la bonne nouvelle. Confiant quant à son argumentaire, le cabinet Pincent Avocats a d’ailleurs multiplié les actions judiciaires sur Aristophil, en créant des groupes d’épargnants à l’encontre de différents courtiers en région. « Pour l’instant, nous avons saisis ou nous sommes sur le point de le faire 25 tribunaux dans des villes différentes. Nous accélérons actuellement le mouvement d’ajout d’épargnants sur les actions existantes contre un courtier identifié, ce qui permet d’optimiser la collecte des preuves et de mutualiser les frais et honoraires de procès » ajoute Dimitri Pincent qui regrette toutefois que la mise en cause de ces vendeurs n’ait pas été privilégiée en combinaison avec les autres actions notamment au pénal. Les épargnants lésés sont souvent regroupés et représentés par des associations constituées par les courtiers qui leur ont vendu les placements Aristophil. « C’est le conflit d’intérêts assuré ! », complète Dimitri Pincent.
Un délai de prescription bientôt atteint
L’association Cparti par exemple mise tout sur l’action pénale, tout comme de nombreux épargnants en direct. «Ces actions au civil vis-à-vis des intermédiaires ou au pénal à l’encontre des dirigeants d’Aristophil ont peu de chance de permettre aux épargnants d’obtenir réparation faute de solvabilité des courtiers, des CGP ou même de Gérard Lhéritier. Nous croyons davantage à une issue plus favorable en attaquant les banques qui auraient dû protéger l’épargne de leurs clients contre cette escroquerie », estime maître Nicolas Lecoq-Vallon, du cabinet Lecoq-Vallon & Feron-Poloni qui représente 2000 épargnants lésés. Si vous faites partis des milliers d’autres investisseurs floués qui n’ont encore rien intenté dans l’affaire Aristophil, dépêchez-vous car le délai de prescription de cinq ans arrivera à son terme fin 2019. Les avocats ne prendront vos demandes que jusqu’à la fin de l’année !
 
Bonjour,
Quelques précision sur les courtiers
j'ai été victime d'aristophil, mon pas en tant qu investisseur mais en tant que lanceur d'alerte, un mail à un de mes anciens clients pour le prévenir de la dangerosité du produit m'a valu une action des avocats d aristophil pour diffamation, j ai failli perdre mon job.
Je connais bien le monde des courtiers, certains sont mes amis. Il faut savoir que la distribution des contrats s'effectuait selon un maillage subtile avec une série de retro-commissions. Le courtier qui avait l'agrément principale recrutaient (sans établir de contrat) une série de revendeurs, qui touchaient une partie de la commission. le système arrosait également des prescripteurs qui pouvait être des particuliers qui avaient eu même souscrit des parts d indivisions.
Ainsi avant d'éventuellement porter plainte contre le courtier , il faut connaitre son statut
- si c’était un petit courtier indépendant qui touchait des rétro commissions du courtier principal il n y a peu de chance qu une action aboutisse : jamais la responsabilité civile de ce courtier ne fonctionnera et il y a de grande chance que cette personne ait peu de surface financière.
- si vous avez eu à faire au courtier "agréé" alors une action peut valoir les coup, dans ce cas il faut regarder la façon que ce produit a été vendu.
Si le courtier a fait un minimum de mis en garde et à veillé à ce que le montant "investi" ne représente qu'une partie minoritaire de votre patrimoine, la condamnation n'est pas assuré.
Si par contre il a placé la totalité de votre patrimoine, qu il n a fait signé aucune mise en garde et mieux qu il ait laissé un document (mail, feuille manuscrite...) avec de belles promesses... L'action en justice pourrait être payante.
Pour les commissions de mémoire, elles étaient de l'ordre de 10-15 pc pour le courtier agréé, la moitie si la vente avait été faite par courtier de deuxième main , moins s'il fallait également payer des rabatteurs.
Le problème dans ce dossier c'est que beaucoup de courtiers y ont crus et ont été abusés par le miroir aux alouettes. J'ai réussi à cette époque par la discussion à dissuader plusieurs courtiers de vendre ce produit.
Par contre je suis beaucoup plus sévère vis à vis d'autres courtiers qui connaissaient parfaitement l'issus inévitable de ce château de carte. Certains ont vendu leur affaire un an avant que le système explose....
Il y a d'autres pratiques que je ne peux pas détailler ici (je ne veut pas prendre une deuxième couche pour diffamation) et qui relèvent du blanchiment d'argent (je tiens ces infos de la part de courtiers amis).
Belle journée
 
bonjour BETOUNE

Vos informations sont très intéressantes...mais je m'étonne qu'il n'y ai aucun commentaire de courtiers ou d'investisseurs sur le site...
à suivre!!!!
 
Je constate que tout le monde s'est gavé ou est entrain de se gaver ( à commercer par les maisons de ventes, les courtiers, les avocats, les experts, les acheteurs qui font en ce moment de bonnes affaires, l'état etc... ) sur notre dos, nous les investisseurs !!!.. il ne nous rester que les yeux pour pleurer. Il faut que ceux qui soient à l'origine de cette démolition, soient poursuivis en justice et rendent l'argent qu'ils nous ont volé, et sont encore entrain de nous voler. Car d'après moi, tout ceci est un complot, afin de nous voler nos œuvres ( nos investissements ).
 
Oui, je suis absoluement d accord avec vous ,tout est coromput dans ce grand bazard,
et le pire c est que beaucoup de personnes agéés ont été arnaqués , et ne savent plus
qu oi faire ,c est honteux, ils faut quon récupére notre argent en tout cas!!!
 
Oui, je suis absoluement d accord avec vous ,tout est coromput dans ce grand bazard,
et le pire c est que beaucoup de personnes agéés ont été arnaqués , et ne savent plus
qu oi faire ,c est honteux, ils faut quon récupére notre argent en tout cas!!!
Ce n'est pas en laissant un message comme celui ci que vous allez faire avancer le dossier en votre faveur.
Votre dossier est-il suivi par un avocat ?
Etes-vous adhérent d'une association ? Si OUI, laquelle ?
Votre souscription a-t-elle été réalisée par un courtier ? Ou autre réseau ?
En fonction des réponses, je vous indiquerai la marche à suivre.
Face à ce "grand bazard", comme vous dites, il faut être cohérent et solidaire !
 
Je constate que tout le monde s'est gavé ou est entrain de se gaver ( à commercer par les maisons de ventes, les courtiers, les avocats, les experts, les acheteurs qui font en ce moment de bonnes affaires, l'état etc... ) sur notre dos, nous les investisseurs !!!.. il ne nous rester que les yeux pour pleurer. Il faut que ceux qui soient à l'origine de cette démolition, soient poursuivis en justice et rendent l'argent qu'ils nous ont volé, et sont encore entrain de nous voler. Car d'après moi, tout ceci est un complot, afin de nous voler nos œuvres ( nos investissements ).
Ne parlez pas de complot, c'est ce que voudrait faire croire Gérard Lhéritier dans le livre écrit par Isabelle Horlans .
 
Haut