Des nouvelles d'Aristophil

Bonjour ATACAMA,
A vous lire il y a des "vraies victimes", ce qui suppose des "fausses victimes". Qui seraient les vraies et les fausses d'après vous ?
Les vraies victimes sont :
- celles qui suivent les conseils des associations et particulièrement CPARTI
- celles qui ne sont pas encore manifestées
- les conseillers qui ont cru qu' Aristophil pouvait être à un placement financier classique
- la profession des CGPI qui se trouve éclaboussée par un scandale "hors normes"

Les fausses victimes sont :
- celles décrites dans le livre d'Isabelle Horlans, au premier rang desquelles Gérard Lhéritier, victime d'un invraisemblable complot.
- les courtiers et CGPI qui ont laissé croire à leurs clients que l'investissement était sans risque.
 

dalli

Membre Expert
" les conseillers qui ont cru qu' Aristophil pouvait être à un placement financier classique"


Euh là faut m'expliquer.
 

xa

Membre Expert
Bonsoir

"Conseiller relaxé pour 1,7 million chez Aristo "

Pas le contenu exact du jugement, mais il semble que les poursuites portaient sur un abus de faiblesse. Si c'est exact, on est sur une procédure pénale, avec une qualification qu'il faut démontrer, ce qui est loin d'être simple puisqu'il faut prouver la manipulation, l'exercice de pressions psychologiques réitérées ...

Bref, une altération délibérée du jugement de la personne abusée. Il ne suffit pas de prouver que la personne "n'a pas compris le mécanisme".


"La lecture du jugement donne une image de la gangrène qui pourrit le système judiciaire. "

Grosso modo, l'essentiel de la "gangrène", c'est que pour condamner, il faut prouver, et il est souvent difficile de prouver l'abus, la manipulation, la vérité déformée, etc ... Sur cette histoire de chèque, par exemple, pour les infos très partielles que j'ai, il semble que l'appel soit gagné sur le fait que le temps de traitement du remboursement n'est pas imputable au conseiller lui même, qui aurait respecté son mandat. Bref, que la procédure ne ciblait pas le bon intervenant.



"Toutes les actions isolées contre les courtiers, le notaire Maître Gautry, n'ont aucune chance d'aboutir à des indemnisations égales aux investissements des victimes. "

C'est ce qu'on dit depuis le début ... Ceux qui pensent le contraire sont des idiots !!!

"les associations, particulièrement CPARTI, emmènent leurs adhérents dans une impasse en faisant croire qu'il faut agir sur tous les fronts "

Idem ! De plus agir sur tous les fronts, c'était (et je l'avais expliqué au début de l'intervention de LV) le risque de donner des armes à l'adversaire ...


"En conclusion, l'action contre les banques engagée par Maître Lecoq Vallon est la seule qui ait une chance de donner satisfaction aux victimes qui se seront manifestées. "

Cf ce que je fis depuis le début : si LV s'intéresse aux banques, et LV le disait eux mêmes dans la première intervention filmée qu'ils ont publiés, c'est uniquement parce que les banques sont les seules à avoir l'assise financière pour indemniser. Peu importe qu'il y ait réellement une responsabilité dans le fonctionnement pratique : il faut les intégrer parce qu'elles sont les seules à pouvoir payer.

Personnellement, ca me fait plus penser à un film américain qu'à un fonctinonement normal du système de justice. On désigne le portefeuille indemnisant en premier, et ensuite seulement on cherche comment "prouver" une responsabilité justifiant l'indemnisation, au lieu de chercher les responsabilités réelles, quitte à devoir faire une croix sur les indemnisations.

A se demander si la rémunération n'est pas en mode commission sur résultat ...
 

Fred0

Membre Junior
Les vraies victimes sont :
- celles qui suivent les conseils des associations et particulièrement CPARTI
- celles qui ne sont pas encore manifestées
- les conseillers qui ont cru qu' Aristophil pouvait être à un placement financier classique
- la profession des CGPI qui se trouve éclaboussée par un scandale "hors normes"

Les fausses victimes sont :
- celles décrites dans le livre d'Isabelle Horlans, au premier rang desquelles Gérard Lhéritier, victime d'un invraisemblable complot.
- les courtiers et CGPI qui ont laissé croire à leurs clients que l'investissement était sans risque.
Un conseiller qui n'aurait pas cru qu'Aristophil pouvait être un placement financier n'est pas une vraie victime mais a fait preuve d'incompétence.
 
Un conseiller qui n'aurait pas cru qu'Aristophil pouvait être un placement financier n'est pas une vraie victime mais a fait preuve d'incompétence.
Un conseiller qui n'aurait pas cru qu'Aristophil pouvait être un placement financier n'est pas une vraie victime mais a fait preuve d'incompétence.
Tout à fait. Il est victime de son incompétence. D'autres sont victimes de leur cupidité ou de leur arrogance.
Il est vrai que le terme "victime" revêt un autre sens. Madoff a fini par être victime du "modèle économique génial" qu' il avait mis en place...
Dans différents articles de presse et surtout dans le livre d'Isabelle Horlans et plus récemment dans l'imposant document de AMBLEM on peut noter que l'objectif de toutes ces publications vise à essayer de démontrer qu'un complot "politico-financier" aurait été ourdi à très haut niveau pour décapiter le "modèle économique" Aristophil... D'où la plainte récurrente de son créateur : Aristophil victime d'un gigantesque complot.
Cependant, il ne faut pas passer beaucoup de temps pour comprendre que toute la communication actuelle qui entoure ce scandale est le fruit de ses acteurs principaux, au premier rang desquels : GL.
Pourquoi avoir offert le livre D'Isabelle Horlans aux 18000 investisseurs ?
Dans le dossier AMBLEM, présenté comme la démonstration de la victimisation de GL, on trouve toutes les réponses dans tout ce qui est occulté....
 
* Est ce que quelqu un a accès aux comptes rendus de ADILEMA, réservés aux membres ? ( il semblerait qu ils aient corrigé leurs failles de sécurité d accès )

* Est ce que quelqu un fait route avec OPDIA ?
 
Haut