Des nouvelles d'Aristophil

SECHEL

Membre Junior
Bonjour,
Je suis d'accord avec Wousd, étant moi-même petit investisseur. Quelle est la meilleure solution ?
 

dalli

Membre Expert
Attendez d'avoir le retour des 2 réunions d'avocat et que UFC que choisir soit contacté.

LV pour les contrat d'AV avec Arca ne demandait pas une somme astronomique et le client était largement bénéficiaire.

Vous comprenez que s'il n'a que des copier/coller il rentre largement dans ces frais si vous êtes nombreux et quand il saura le montant de tous vos investissements, il trouvera la bonne solution.
 
Il y a un forum justement sur le site UFC que choisir , ou différents investisseurs cherchent une solution .
J'essai de mon coté demain matin de les contactez pour voir ce que UFC propose . Il y a quelques temps j'avais recherché sans avoir eu de réponse . Il y a un mail d'une personne de UFC , je vais tenter aussi .
Contactez seznec à "que choisir" il est de bon conseil : [email protected]
 

Wousd

Membre Junior
à dalli

vous dites: LV pour les contrat d'AV avec Arca ne demandait pas une somme astronomique et le client était largement bénéficiaire. ????

c quoi LV, AV et Arca? et le montant des honoraires sont de combien?
 
Ca ne changera pas le problème puisque le cabinet d'avocat se rémunère avec un % du capital récupéré.
Forcément les frais pour se battre sont proportionnels aux frais engagés à la base.
L'association sera comme le "collectif", cela permet de mutualiser les frais de déplacements, courrier, télé de l'avocat (à vérifier)
 

dalli

Membre Expert
Wouds
LV = Lecoq-Vallon
AV = Assurance vie
Honoraire, je n'ai plus en tête mais c'était abordable largement même pour ceux qui avait moins de 10 000 € à récupérer.
Après il se peut que la procédure soit plus compliquée ici.
ARCA PATRIMOINE : des arnaqueurs en assurance avec des petits jeunes qui n'y connaissaient rien pour commercilaliser.


Un avocat se fait payer :
- Un forfait
- Ces frais
- un% (souvent 10%) des sommes récupérée

L'important étant donc les 2 premiers car le troisième n'est dû qu'en cas de réussite.
Les frais sont difficilement appréhendables : 10 lettres ou 100 lettres ???
 

dalli

Membre Expert
Le dossier Aristophil s'accélére. ..., cinq personnes, dont Gérard Lhéritier, le patron de cette société qui proposait aux épargnants d'investir dans les manuscrits, ont été placés en garde à vue mardi à la brigade financière de Paris. Sa fille Valérie, responsable des achats, a également été placée en garde à vue, ainsi qu'un célèbre libraire parisien, Jean-Claude Vrain, un avocat, Jean-Jacques Daigre, et le comptable de la société

Lire l'article sur
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/aristophil_1658338.html
Ca doit faire plaisir à certains qui ont reçu des menaces (hein Olivier) de savoir que même son avocat est mis en garde à vue.

Dites la Lloyd's ne va rien dire d'avoir assuré des biens surévalués ?
 
Après renseignements pris auprès de LV, une association semble en effet indispensable pour se fédérer et matualiser certains coûts mais comme je le dis plus haut, elle n'évitera pas une action en justice et donc des frais proportionnel d'avocats...
Quelqu'un aurait-il le temps de s'y coller ?
Maître Lecoq Vallon propose d'épauler la personne; moi, je suis en plein déménagement, c'est vraiment difficile !
On peut en reparler à la réunion du 21 mais il faudrait être efficace...
 

NATY0

Membre Junior
Bonsoir,
je vous rejoins aussi, investisseur dans le flou.
Il faut savoir qu'une assos loi 1901 existe déjà c'est AICLM représentée par un avocat; un facebook existe
j'y ai adhéré car c'est mon conseiller, qui reste impartial, et qui attend aussi fébrilement que nous des infos, qui l'a crée avec d'autres
conseillers qui ont une conscience...car il y en a qui en ont je pense...
A mon avis que ce système d'assos peut marcher. Bon courage à tous
 
Bonjour,
A la lecture des dernières informations sur les sites de "France Info avec AFP"- Boursorama-L'Express-Le Point- vous comprendrez que l'heure n'est plus à vous poser des questions sur les conditions de souscription aux collections démembrées, mais plutôt de vous mobiliser derrière l'action de Maître Lecoq-Valon qui a une stratégie efficace.
Bon courage à tous, surtout aux investisseurs.
 
Oui, malheureusement, je suis bien d'accord avec vous ATACAMA....
NATYO, c'est intéressant cette histoire d'association, je ne comprends pas tout dans votre texte ?
Que veut dire AICLM ?
Où peut on trouver les statuts ? Pouvez vous les publier sur cette page ? (en lien, comme on l'a déjà vu plus haut ?)
Le fait que ce soit votre conseiller (qui ait créé l'asso. ?) me laisse dubitative! Avec d'autres conseillers en plus ??? Est ce qu'ils ne se sont pas regroupés en asso. pour défendre leurs intérêts de conseillers justement ? Même si leur volonté n'étaient pas forcément de nuire... Il faut quand même bien reconnaître que les conseillers qui ont incité les gens à souscrire chez Aristophil manquaient de compétences.... Bref; moi, je préfèrerai une association sans lien particulier avec des conseillers car nos objectifs sont sensiblement différents, me semble-t'il !!!
 
Vous êtes tous informés de la réunion qui se tiendra à Paris le 21 mars pour discuter de ce sujet, avoir des informations et comprendre quelle stratégie de défense propose Maître Nicolas Vallon.
Il semble cependant que la création d'une association soit indispensable pour continuer de défendre nos intérêts et mutualiser un certain nombre d'action (je me répète!).
Si vous êtes intéressé par la création d'une telle association, faites vous connaître sur ce forum ou laissez moi votre adresse mail par MP svp
 
Nouveau membre

Bonjour, Moi aussi je fais partie de ces malheureux épargnants Aristophil. Je me suis affiliée à l'association AICLM qui signifie Association des Investisseurs dans des Collections de Lettres et Manuscrits. Je crois qu'il en existe une deuxième CPARTI. Apparemment nous aurions jusqu'au 26 avril prochain pour déclarer nos créances à Maître Philippot. Mais dès le 15 mars l'association AICLM nous indiquerait les démarches à suivre. Dans mon cas l'investissement a permis la mise en place d'un prêt in finé, en complément d'un prêt amortissable, ce qui selon un ami très compétent dans ce domaine, est une erreur de la banque. Les banques ne nantissent jamais sur des placements à risque !! D'ailleurs la personne responsable au sein de l'agence qui a monté notre dossier a été remerciée. Nous avions l'intention de rembourser ce prêt in finé en partie par anticipation l'été prochain, notre contrat Aristophil arrivant à terme. Compromis !! Dans notre cas c'est en effet une CPF qui nous a guidés dans le montage de ce plan de financement destiné à acheter notre maison.
Je tiens à préciser qu'un ami proche qui avait placé 100000€ au même moment que nous, a récupéré son argent après seulement 3 ans car il en avait un besoin urgent et a perçu 24000€ d'intérêts.
Que devons nous faire ? Continuer avec l'AICLM ou se mobiliser derrière l'avocat dont vous parlez dans le fil de la discussion ?
 
Mêmes questions qu'au n° 174 sur les associations dont vous parlez, les statuts, etc... Attention, je pense à ne pas confondre nos objectifs (de récupérer notre argent coûte que coûte, quoi qu'il en soit pour les banques, les CGP ...) et les objectifs plus ou moins avouables de certaines associations. Regardez le fil de la discussion (de 133 à 137 !!!), moi je serai TRÈS prudente par rapport à ces regroupements !!!!
 
Bonjour, Oubliez les associations AICLM et CPARTI ou d'autres encore qui sont en réflexion. Leur seule raison d'exister est de faire durer les procédures pour gagner du temps mais en aucun cas elles ne vous aideront à agir efficacement.
Ne vous laissez pas endormir par des commerciaux qui ont vendu ces placements miraculeux à des clients qui leur ont accordé leur confiance quasiment aveuglément et, qui maintenant sous couvert d'une association, tentent de s'exonérer de leurs responsabilités....Demandez d'abord à vos conseillers combien ils percevaient. Ils doivent vous le dire au titre de la transparence nécessaire à l'exercice de leur activité. Faites remonter votre dossier à Maître Lecoq-Valon.
La profession des CGPI nécessite une remise à plat. Le scandale d'Aristophil va être un bon moyen d'éliminer ceux qui n'ont rien à faire dans cette profession.
Les chambres professionnelles en comptent un grand nombre. L'heure est venue de les lister et de tenter de sauver l'image des "bons" sur lesquels les banques vont tirer à "boulets rouges" lorsque les procédures judiciaires seront achevées et qu'elles auront mis en avant la notion "d'escroquerie en bande organisée". Vous pourrez compter sur les médias pour salir la profession des CGPI qui seront naturellement tous assimilés à cette escroquerie.
Il est encore temps d'agir.
A ceux qui le souhaitent, rendez-vous le 21 Mars à la réunion organisée par Maître Lecoq-Valon pour échanger.
 
Haut