Que pensez vous des CGP devenus à cause (ou grâce) à la loi "non indépendants" ?

papat18

Nouveau menbre
#1
Bonjour à tous,

Ayant quelques placements financiers ici et là, j'ai eu recours à deux CGP (conseils en gestion de patrimoine) différents, un petit CGP indépendant et un gros groupe de CGP avec plusieurs bureaux en France.
Seulement voilà, depuis la nouvelle réglementation (MIF2 si je comprends bien), j'ai appris que le mot "indépendant" ne pouvait plus être utilisé par la plupart d'entre eux (ce qui n'est a priori pas vraiment respecté). Ce qui m'a fait me renseigner sur le sujet. En réalité, le vrai indépendant doit désormais facturer des honoraires ET ne doit plus recevoir de commissions. Et le problème est là, en réalité j'étais loin d'imaginer ce que gagnait sur mes placements un "conseiller" qui en réalité perçoit des commissions bien plus nombreuses que je ne l'imaginais et surtout représentant un montant assez important au final ce qui correspondrait à un nombre d'heures de travail conséquent chez un vrai conseiller financier.
Après discussion avec pas mal de monde y compris dans le milieu, il s'avère que les CGP vivent sur un modèle de rente. Ils accumulent un maximum d'encours possible, pour percevoir sans rien avoir à faire des commissions annuelles des banques et assurances. Une rente qu'ils revendent après au plus offrant. ET le client dans tout ça ? Quand on se targue d'avoir des milliers de clients, comment peut on réellement fournir une prestation de conseil sur mesure et adaptée qui serait vraiment en corrélation avec les montants important d'argent qu'ils se mettent dans la poche. Et au final, ce qu'ils touchent impunément, c'est autant de performance en moins pour le client. De plus, quand le conseiller touche 5% de commission sur un produits mauvais ou 2% sur un bon produit, son choix est forcément orienté et pas dans notre intérêt. Qu'en pensez-vous ?

Au final un vrai conseiller indépendant facture des honoraires de conseil et donc on paye une prestation réelle et attendue. J'ai même vu un conseiller redonnant ces fameuses commissions au client lequel profite donc vraiment de ce que produit son argent
 

dalli

Membre Expert
#3
Pfff !!

Après analyse de votre dossier, je vous conseille un achat d'un bien immobilier en nue-propriété avec un bailleur social comme usufruitier sur un période 17 ans. Vous financez avec un prêt in fine adossé à une AV mulisupport avec 50% d'apport et une épargne mensuelle. Le contrat d'AV devra être sur 2 têtes avec dénouement au 2ème décès mais pour cela vous devez d'abord faire une convention matrimoniale : un préciput dans lequel le notaire devra intégrer une possibilité par rapport à cet AV.

Vous me devez 5 000 €.


Ensuite vous faites quoi ?

J'ai donné ce conseil mais aujourd'hui avec la disparition du Crédit Foncier, je pense qu'aucune banque ne va valider le crédit tel que je viens de vous le porposer.
Le préciput : je ne connais quasiment aucun notaire qui sait faire.

Ensuite il vous faut trouver un assureur qui lui vous dira que non non 50% ce n'est pas suffisant et que multisupport ça va être compliqué. Ensuite le banquier lui mettre des bâtons dans les roues pour modifier les allocations pendant les 17 prochaines années : ça va vous coûter combien cette non gestion ?

Ensuite la vie n'est pas un long fleuve tranquille donc il faut un pilote (motivé) donc vous attendrez d'avoir un nouveau pb pour retourner votre CGP payant : Monsieur je ne fais que constater les dégâts, il aurait fallu faire ça là et ça ici et encore...Maintenant c'est compliqué et irrattrapable. Vous me devez 1 000 €

Ah vous voulez que le même s'occupe de tout (vous allez le payer pour qu'il cherche les partenaires) mais ensuite il ne peut pas gérer votre allocation car il doit analyser d'autres dossiers et facturer des honoraires pour vivre donc que votre contrat baisse de 50% en cas de retournement de marché, il s'en moque, il a autre chose à faire pour gagner sa vie.

Aujourd'hui si la bourse baisse de 50% ce n'est pas grave pour mon client :

- Il connaissait ce risque
- Il raisonne long terme
- J'ai une stratégie élaborée en cas de baisse
- Ma com vient de diminuer de 50% et ça c'est immédiat pour moi.

Mais puisque je n'ai pas envie de gagner 50% de moins, vous croyez que je fais quoi ?
JE SUIS IMPLIQUEE !
Je cherche en amont des solutions pour bien gérer cette période (c'est génial un krach boursier ce sont des soldes). A la hausse JE SUIS IMPLIQUEE.

Ce sont encore des conneries toutes ces lois qui font que ce sont des logiciel qui font vos préconisations en fonction de vos connaissances. En gros, vous ne connaissez rien, vous n'avez le droit à rien. Comme vous ne connaissez rien vous avez peur et vous dites être prudent : Monsieur le logiciel a dit que pour vous il n'y avait que le livret A et ses petits frères. Je suis désolée, je ne peux rien faire. Allez vous former, revenez dans 10 ans quand vous aurez compris et là, la machine me proposera un autre conseil.


Vous imaginez pour un professionnel la frustration ? Je sais ce qu'il faudrait faire mais il est trop ignorant. Avant je pouvais le former avec le temps, aujourd'hui s'il vient "vierge", tant pis pour lui.

Mais Mme Dalli qu'est-ce que je dois répondre pour bénéficier de vos conseils ?

Il faudrait tricher Monsieur et moi je risque mon job et je ne sais faire que celui là.

Ce n'est pas comme ça qu'on va aider les gens à avoir un vraie cagnotte pour leur retraite et pas un pourboire de retraite.


Après 28 ans de métier, je suis écœurée.
 
Haut