Placement SCI au Crédit Mutuel

#1
Bonjour à tous ! Je suis gérant et associé d'une sci familiale et je voulais savoir quels pouvaient être les offres de placement pour une société civile immobilière . Nous avons une trésorerie assez remplie en se moment et nous aimerions en placer une partie . Savez vous quels peuvent êtres les offres de placement ? Le compte de la sci est donc au crédit Mutuel et j'ai entendu dire que le CM proposait un livret bleu pour les personnes morales .
 

xa

Membre Expert
#2
Ah, maintenant, il y a une SCI préexistante ... Ce qui laisse supposer que l'autre post est incomplet, et donc que les points abordés peuvent être faux ou inopérants...


Pour une SCI IR, le maintien de la trésorerie n'a d'intérêt que dans l'attente d'une acquisition dans un futur proche. Sinon, cet argent ayant été fiscalisé au niveau des associés, il est plus efficace de le distribuer pour que chacun puisse le placer selon son propre intérêt.

Pour une SCI IS, la trésorerie peut être placé sur un support stable et liquide, comme le livret bleu, un compte à terme, etc ... dans des limites raisonnables. La SCI n'a pas vocation à placer des liquidités, mais à placer en immobilier. Pour du plus long terme, elle peut acquérer des scpi, par exemple.

Un investissement plus dynamique pourrait poser des soucis sur la nature immobière de la SCI.
 
#3
Non XA enfait pour le moment notre indivision a un compte au crédit mutuel . Mais si sci il y avait je me pose cette question .
Concernant le compte de la sci : peut il être au nom d'un des associés ?
 

dalli

Membre Expert
#5
Vraiment votre stratégie me fait peur car vous ne semblez pas chercher une optimisation de votre patrimoine.

Pour quelle raison, ce compte en indivision a de l'argent ?
Est-il bien au nom de l'indivision pas uniquement à votre nom par ex ?

J'ai une vague impression de non dit : vos parents comprenne le gros inconvénient de leur régime matrimonial (c'est une lubie des notaires la CU avec attribution intégrale) et tente de "tricher" pour vous transmettre ce patrimoine.
 

dalli

Membre Expert
#6
SCI : comptabilité rigoureuse, AG avec registre et compte courant bancaire.
1 000 €/an à prévoir
 
#7
Vous savez mes parents se sont mariés en 1981 et à l'époque la séparation des biens était encore assez peut utilisée
 

dalli

Membre Expert
#8
Oui votre mère devait envisager d'être un jour à son compte dans sa propre pharmacie.

Je préfère largement une simple communauté avec un préciput pour éviter de vous faire perdre 100 K€ d'abattement au décès du premier et l'exonération lié à l'usufruit.

Mais avec mon montage ci-dessus, je corrige largement ce pb.
 

xa

Membre Expert
#9
Il faut clarifier votre questionnement. Si vous donnez des éléments partiels, vous aurez des réponses non adaptées.


La SCI n'existe pas actuellement, donc l'argent apporté entrerait en compte d'associé ou en capital. Les liquidités pourraient être placée temporairement sur un support financier classique, et à plus long terme en pierre papier, ce qui pourrait êter une solution pour générer un revenu futur, mais impossible de se prononcer sans un état précis.

La SCI IR n'a pas formellement besoin d'un compte dédié (au plan légal), mais franchement, c'est plus facile, plus sûr en cas de controle, et ca ne coute pas grand chose. Idem indivision, d'ailleurs, c'est mieux d'avoir un compte dédié pour suivre les rentrées et les sorties, et ca évite des guerres idiotes entre indivisaires.

Une compta carré, pour une SCI IR, c'est un relevé de compte dedié (légalement, ca suffit, un petit livre recette/dépense précis sur papier convient aussi). En IR, aucun besoin d'une comptabilité pure d'entreprise, juste la rigueur d'un suivi de compte bancaire (qu'il vaut mieux compléter par des annotations, parce que certains prélèvements ne sont pas clairement identifiables comme "remplacement d'une poigne de porte par Mr Bidule").

Par contre, en IS, là, c'est une autre histoire : vous devez avoir un compte dédié, qui sera souvent un compte pro, avec des frais qui n'ont rien à voir, et une compta d'entreprise (comptable fortement conseillé), et une copie précise de toutes les pièces comptables, datées, enregistrées, etc ...


"Vous savez mes parents se sont mariés en 1981 et à l'époque la séparation des biens était encore assez peut utilisée "

Ce qui m'inquiète, c'est qu'en 81, la communauté de base, c'est la communauté légale, et que pour être en CU, ils ont du voir un notaire pour établir des conventions matrimoniales. Donc ca n'a rien d'un choix "par défaut", c'est un choix volontaire et réfléchi quoi que surprenant pour un mariage de personnes de moins de 30 ans.

D'où ma question : êtes vous bien certains qu'il s'agisse d'une communauté universelle, et non d'une communauté légale avec clause d'ameublissement sur certains biens ? Parce que là aussi ca peut tout changer !
 

dalli

Membre Expert
#10
Tiens j'avais compris autrement.
Ils se sont mariés en séparation (assez logique avec un pharmacien potentiel) puis qu'ils ont changé en CU plus tard.

La séparation de bien existe depuis Napoléon et est très souvent conseillée aux professions libérales, chef d'entreprise, famille avec un patrimoine important d'un des époux...
 

xa

Membre Expert
#11
J'aurais dit que la séparation était déjà dans le droit canonique préalable au code Napoléon, mais en l'occurence, je n'en suis pas sûr :)

Par contre, je réalise que j'ai zappé un truc : un mariage en 81 avec régime de communauté universelle en présence d'un enfant déjà né ? C'est encore plus curieux, non ?
 
#12
De toute façon pour ce qui me concerne ma compagne n'héritera pas d'un patrimoine très important et si nous nous marions nous choisirons la séparation des biens pur et simple . Ce qui est certain c'est dans toutes les connaissances de mes parents qui sont des couples mariés ils le sont tous en communauté universelle ou en communauté réduite aux acquêts
 
#13
Question que je me pose sans que ça me concerne : une société de holding familiale peut elle détenir un Plan D'Epargne en Actions ?
 

xa

Membre Expert
#14
"ou en communauté réduite aux acquêts"

Oui, ca c'est le cas par défaut, le régime légal de base. Tout autre régime résulte d'un choix explicite effectué devant notaire, donc en ayant connaissance des tenants et aboutissants de ces choix (alors que le régime légal, c'est surtout parce que la plupart des gens ne se préoccupent pas de ce genre de choses).

Si vos parents sont en CU, c'est qu'ils en ont fait le choix formel et donc qu'ils en ont accepté à l'époque les conséquences. Aujourd'hui, la première question qu'ils pourraient se poser, c'est la possibilité d'aménager ce régime matrimonial s'il s'avère plus problématique qu'autre chose.
 

xa

Membre Expert
#15
Question que je me pose sans que ça me concerne : une société de holding familiale peut elle détenir un Plan D'Epargne en Actions ?
L221-30 :

Les contribuables dont le domicile fiscal est situé en France peuvent ouvrir un plan d'épargne en actions auprès d'un établissement de crédit, de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque de France, de La Banque postale, d'une entreprise d'investissement ou d'une entreprise d'assurance relevant du code des assurances.

Chaque contribuable ou chacun des époux ou partenaires liés par un pacte civil de solidarité soumis à imposition commune ne peut être titulaire que d'un plan d'épargne en actions. Un plan ne peut avoir qu'un titulaire.

Le plan donne lieu à ouverture d'un compte de titres et d'un compte en espèces associés, ou, pour les plans ouverts auprès d'une entreprise d'assurance, à signature d'un contrat de capitalisation.

Le titulaire d'un plan effectue des versements en numéraire dans une limite de 150 000 euros.




---> Non.
 
#16
Ok merci et quels instruments de payement une sci doit elle adopter ? Est ce qu'une carte bancaire est inutile ou non ?
 

dalli

Membre Expert
#17
Moi j'aime bien la communauté réduite aux acquêts avec un aménagement comme ça on prévoit une règle pour le décès plus favorable que pour le divorce.
Vous mariez en séparation n'a de sens que dans le cadre d'un divorce (quoi que il suffit de connaître les règles pour protéger son patrimoine propre) mais en cas de décès c'est comme le choix de vos parents : gros déséquilibre successoral.

CU+AI = couple sans enfant. Couple avec très gros litige avec enfant (s). Couple avec très peu de patrimoine dans un soucis de protection totale.
Tous les autres cas, à mon sens, sont des erreurs du notaire car un préciput c'est génial mais la majorité me disent ne pas savoir faire ce que je leur demande.
J'ai arrêté d'envoyer mes clients voir leur notaire sur le sujet depuis 10 ans, il revenaient tous avec une CU+AI.


Moyen de paiement : chèque ou virement
 

xa

Membre Expert
#18
Euh ... Perso je préfère la séparation. C'est bien plus simple d'équilibrer la succession pour le conjoint survivant en séparation que de prévenir un partage plus que favorable à l'un des deux conjoints en cas de divorce en régime communautaire (alors qu'à la base on pourrait croire que c'est un régime équitable sur ce plan).

Cas trop souvent croisé : Mr finance la plus grosse partie du patrimoine commun, Mme part avec la moitié (normal, c'est le régime) + la résidence principale, parfois meme la secondaire (j'ai trois amis qui n'ont même plus le droit d'accéder à leur chalet respectif), et une compensation pour perte de niveau de vie hallucinante (sur ces amis, 2 gardent pour eux moins de la moitié de leur revenu, et ca doit leur suffire pour se reloger, vu que les Mmes ont gardé les appartements payés ...). Note : j'ai récemment croisé le cas inverse, avec Mme gérante de société et Mr au foyer, ca me titille tout autant.

Bon, c'est pas vraiment le régime, c'est le cumul régime + juges qui provoque cela, mais tout de même. En séparation, chacun repart avec son patrimoine, et on se pose la question de la perte de niveau de vie qui, là, justifie une prestation compensatoire honnête, sans double peine (prestation + perte du patrimoine).


Des personnes que je cotoie, ce risque de double peine justifie les 3/4 des pacs que je connais. Ils veulent impérativement éviter le mariage et le potentiel divorce à suivre (plus d'un cas sur 2 pour ma génération et cette population).



Immo

Perso, j'aime bien avec une carte aussi, parce que pour certains paiements, c'est plus simple voire imposé. Mais ca va dépendre de la banque. Primo, pas mal de banques refusent la CB sauf si la SCI est une "personne morale" (là on ne parle pas de Droit, mais plutot de catégorie bancaire : SCI = entreprise, avec les frais entreprise pour la gestion des comptes), et ca peut vite couter cher pour une utilité relative.

Par contre, virement impératif à mon sens. Le chèque ....... perso, j'en utilise environ 5 par an, en cumulant les usages personnels, pro et des sociétés que je gère.
 

dalli

Membre Expert
#19
Régime : mais j'ai des tas de chefs d'entreprise en séparation qui n'ont plus de maison non plus. En cas de divorce c'est le juge qui décide. Ici c'est donc un peu la loterie entre les juge et les avocats.

Chèque : on paye rarement l'artisan qui vient changer le robinet avec une CB mais plutôt un chèque voire un virement.
Les frais de CB me semblent inutile pour la SCI.
Y a pas bcp de dépense pour une SCI comme celle là.
Pour l'indivision vous faites combien de chèque par an ?

Pour le paiement des associés, on peut faire un virement annuel ou un virement mensuel dès la 2ème année.
 

xa

Membre Expert
#20
"Ici c'est donc un peu la loterie entre les juge et les avocats."

Oui, mais un bon contrat de mariage, avec pas mal de chose prévue au départ, ca cadre les débats. Le patrimoine est déjà partagé de fait, donc on parle uniquement de la prestation compensatoire, dont la RP peut faire partie (et pas, en plus de la RP)



"Chèque : on paye rarement l'artisan qui vient changer le robinet avec une CB mais plutôt un chèque voire un virement."

Je connais des artisans qui prennent la CB, via des terminaux mobiles fournis par les banques (SG, BNP, Banques Pop, CA, pour les autres, je ne sais pas) ou via les transferts par plateformes électroniques, lesquelles reposent sur la CB enregistrée sur la plateforme. Simple, efficace, rapide. Pas de tréso à sortir pour ces artisans, l'encaissement se fait dans les 24h, sans passer par la banque. Pour moi, c'est aussi plus simple : je vois les dépenses dans les 24h, ca se synchronise à 99% tout seul avec les systèmes informatiques, sans intervention manuelle (alors que le paiement par chèque dont je n'ai pas le destinataire sur le relevé de banque, et qui a été encaissé avec 4 mois de retard, c'est vite casse pied).

Pour les virements, je n'ai encore trouvé aucun artisan acceptant de me fournir son RIB (que je pourrais utiliser pour faire des paiements tiers), donc je n'ai jamais payé un artisan par virement. Certains organismes, oui, même si c'est pas toujours simple d'obtenir leur rib (les prélèvements, j'évite).

Pratiques différentes.
 
Haut