Ne vaut il pas mieux cloturer mes PEA ?

EnfinRiche

Membre Junior
#1
Deux PEA ouverts en septembre 2007 --> sortie possible en 2012.
20 000 euros sur chaque
Supports : Agressor PEA et Echiquier Major

Les deux PEA en moins values comme vous imaginez bien !!! (-20% chacun). Placement initial 25000 euros sur chaque.

Le probleme du PEA est que l'on peut y mettre que des valeurs FR ou Européenes et que je ne vois pas de remontées d'ici septembre 2012.

Si je ferme mes PEA, je peux recuperer l'argent placé dessus pour le mettre sur des supports plus diversifiés et sans contraintes PEA, et reporter les moins values.

1) Puis je reporter les moins values sur les 10 années suivantes de mon choix ou uniquement sur l'année fiscale de la vente ?

Donc soit je cloture les PEA et essaye de placer à 10% an sur une pallette plus large de produit sur une compte titre ordinaire. Dans la foulée je ré-ouvre deux PEA "tout neufs" pour prendre date.

Soit, autre solution, je garde mes PEA avec un support risque faible, en attendant des jours meilleurs et esperer dans le cadre du PEA de rattraper les 20% en 2015 (progression de 6% par an ). Mais dans ce cas les plus values seront si faibles que le benefice fiscal sera quasi inexisants.

Pfffff, allez..., quel est votre avis ?

Merci.
 

dalli

Membre Expert
#2
Bcp d'erreurs dans votre raisonnement.

Quels sont vos objectifs (impossible de répondre sans) ?
Quels sont vos moyens ?
 
#3
Bonjour,

Pour récupérer la perte de votre PEA une solution consiste à transférer vos PEA au sein de contrat de capitalisation option PEA.

Avantages :
- maintien de l'antériorité fiscale;
- élargissement des supports (c'est à dire pas seulement des action françaises ou européennes mais quasiment tout type de support...marché émergents, obligations selon certains ratio pour maintenir l'éligibilité au pea)
- options de sécurisation des PV...
 

dalli

Membre Expert
#4
François, surprise de ton conseil !

Tu peux assurer qu'il va récupérer ses pertes ?

En tant que CGPI comment as-tu choisi cette solution au milieu de toutes celles que tu as dans ta besace ?


On essaye de promouvoir la gestion de patrimoine ici, aide nous !
 
#5
Je ne peux assurer de récupérer ses pertes mais plus l'univers d'investissement est large et diversifié plus il est possible d'avoir de la performance sur du long terme quelque soit l'univers de marché.
Ceci est d'autant plus vrai si l'on multiplie les classes d'actifs d'où l'intérêt d'ouvrir au maximum le champ d'investissement et de ne pas le restreindre à des actions pures franco-européenne.
Cette solution tient du bon sens surtout au regard du maintien de l'antériorité fiscale...
Le contrat de capi option PEA = oui pour les avantages énoncés ci-dessus.
Le PEA classique bancaire = non
 

bennou

Membre Expert
#6
François ce que tu dis est malheureusement faux...

Le PEA capi permet d'investir sur une large de support plus large qu'un PEA bancaire ??? C'est nouveau alors ;-)

Un PEA capi ne permet d'investir que sur une palette de supports OPCVM sélectionnés par l'assureur. En général pas plus d'une centaine, ce qui est déjà beaucoup certes.

Un PEA bancaire permet lui d'investir sur TOUS les supports éligibles au PEA:
-titres vifs (pas possible sur un PEA de capi)
-tous les OPCVM éligibles au PEA et non pas uniquement ceux référencés par l'assureur

Je ne nie pas que le PEA de capi présente de sérieux avantages, mais sur ce point là en particulier, à savoir la diversité des supports d'investissement, l'avantage est clairement en faveur du PEA bancaire.
 
#7
Effectivement Benjamin, tu as raison mais dans la réalité le PEA bancaire stricto sensu est souvent mono gestionnaire (produit maison de mauvaise qualité dans 90% des cas) pour la partie OPCVM alors qu'un PEA assurance sera multi-gestionnaire.
Il convient donc de faire une bonne sélection après... Peu importe le nombre du moment qu'il y a la qualité!!
 

bennou

Membre Expert
#8
Non encore une fois ton analyse est fausse !!! L'immense majorité des PEA assurance (ou PEA capi) sont aussi mono gestionnaires (ceux vendus dans les banques, dans les réseaux salariés des compagnies d'assurance ou chez les agents généraux).

Ne confonds pas le PEA de capi que tu vends et les PEA de capi en général.

Et pour les PEA bancaires mono gestionnaires ça n'est pas lié au fait que ce soient des PEA bancaires, mais au fait que les conseillers orientent leurs clients sur les produits maisons sur lesquels ils ont des objectifs de collecte. Maintenant rien n'empêche le client qui a un PEA au Crédit Agricole d'y loger des parts d'un fonds Carmignac ou Financière de l'Echiquier. J'en vois parfois, même si ça n'est pas la majorité car la plupart des investisseurs particuliers font aveuglément confiance à leur "conseiller" bancaire.

Tu bosses depuis quand en gestion de patrimoine ?
 
#9
Pour moi c'est la même chose les réseaux bancaires ou assurantiels : une absence de qualité de supports/de conseils/de stratégie globale...
Tout est lié!!

Un PEA bancaire lié à un conseiller orientant uniquement vers des produits maisons (pour des objectifs de collecte) ne revient-il pas à la même chose qu'un PEA mono-gestionnaire dans les faits surtout si les investisseurs font confiance aveuglément à leur conseiller et qu'ils ne sont pas au courant des opportunités offertes par ce support?

Pour information, je ne vends pas, je conseille et j'oriente le cas échéant les clients vers une alternative de plusieurs solutions en fonction d'objectifs préalablement identifiés dans le cadre d'une stratégie patrimoniale globale.

Dans notre métier l'approche globale est très précieuse et la décision finale revient toujours au client!!
 

dalli

Membre Expert
#10
Tu nas pas répondu à ma question : pourquoi as-tu choisi cette solution plutôt qu'une autre avec le peu que l'on sait ?



Bon ensuite les fonds, ça me fait rigoler un peu car ce qui compte c'est arbitrer à un moment judicieux.


Voici un ex simpliste :

Le fonds supercotedescgpi vaut 1000 à la souscription et le supernuldelabanque vaut aussi 1000. On achete 10 parts


Quelque temps plus tard le premier vaut 1300 alors que le 2ème vaut 1200 (y a du reste pas trop de raison qu'il soit moins bon mais pour l'ex il l'est).

Le conseillersupernuldelabanque propose un arbitrage sur un support comportant des couvertures (rentrant dans le PEA) pour la PV latente de 2000.

Quelque temps plus tard, on arrive à 1500 pour 1400.
Conseillersupernul continue sa stratégie de sécurisation : Il met 3000 sur son fonds couvert (ceux qu'on appelle à tord les fonds monétaire du PEA)

Puis crack boursier : 1000 pour le premier et 900 pour le 2ème
Supernul décide d'arbitrer 2000 sur le fonds action.

Baisse à nouveau 900 contre 800.

Le client de cgpi s'inquiète et demande des comptes. CGPI lui dit qu'il faut reverser mais le client ne veut ou ne peut pas.
Supernul arbitre à nouveau 3000 vers le fonds action.

La bourse remonte à 1100 pour le 1 et 1000 pour le 2.

On fait les comptes :
Fonds 1 à progressé de 10%, il a plus monté et moins descendu. Fonds 2 a fait 0.

Oui mais nos 2 clients :

Le client de supercgpi a 11 000 contre celui de supernul 12,16 parts à 1000 = 12 160 soit +21,6% avec un fonds mauvais qui a fait 0 !!!



Si on doit faire une critique, c'est plutôt celle là : pas d'arbitrage dans les grands réseaux bancaires et se demander si les cgp font des arbitrages quand il conviendrait d'en faire.


Je fais partie des cgp qui n'ont pas les grandes vedettes mais à moi de savoir quoi dire et quoi faire à des bons moments. (je n'ai pas dit les meilleurs moments car je ne les connais pas !)
 
Dernière édition:
#11
La tentation arbitragiste surtout pas et notamment si l'on tien compte des frais à chaque arbitrage....
La solution pour faire de la performance sur le long terme est d'identifié des supports avec des niveaux de rendement/risque préalablement identifié et mettre en place une allocation d'actifs diversifiée ce qui est possible relativement dans le cadre d'un PEA.
Pour te répondre, le transfert PEA pour le maintien de l'antériorité fiscale si besoin et plus-value ce que je te précisais dans mon précédent post mais il existe bien entendu de multiples autres solutions que tu connais surement...
 

dalli

Membre Expert
#12
Ben pour les arbitrages je ne suis pas ok.

Si tu regardes la courbe des actions depuis 98 tu dois avoir pas mal de clients déçus.
J'ai des copains cgpi qui comme toi choisisse une allocation puis n'y touchent plus, je pense que c'est une erreur.


Si je prends mon cas, j'ai arbitré massivement de janvier à juillet 2007 puis presque pas depuis ou anecdotiquement que ce soit en PEA ou AV.
Ok j'ai raté mon coup en 2009.

Y a donc arbitrage et moulinette.

Mon chouchou dans mon PEA : +12% depuis le début d'année mais c'est une exception puisque géré par Carmignac.
 
#13
Une allocation ne veut pas dire qu'on y touche plus après... Mais simplement que la stratégie est sur une vision plus long terme et moins tournée vers des aller-retour ou achat-vente...
Un suivi actif de l'allocation est bien entendu indispensable surtout dans des périodes comme celle que nous connaissons actuellement afin de s'assurer du choix des supports et de la correspondance avec le profil investisseur du client mais cela ne veut pas forcément dire arbitrage à la clé!
 

dalli

Membre Expert
#14
On va peut être finir par être OK, je ne parle pas d'aller/retour mais d'arbitrage judicieux.
Tu as pu voir que ma dernière "campagne" massive date de 2007 !!!!
 
#15
Pour ma part, je pense que NON car suite à ma lecture P.MOSCOVICI n'a pas l’intention de toucher à la fiscalité de l’assurance vie et des PEA

Déjà, nous allons prendre un sacré coup de frein sur l'économie et si on doit enocre toucher à l'épargne préféré des Français je range tout sous mon matelas.
 
Dernière édition par un modérateur:
Haut